L'actualité du livre
Littératureet Policier & suspense  

La guerre, mademoiselle
de Jean-Claude Lamy
Rocher 2001 /  11.45 €- 75  ffr. / 120 pages
ISBN : 2-268-03958-7

Lamy qui vous veut du bien

Critique littéraire au Figaro et chroniqueur à Nice-Matin, Jean-Claude Lamy est un homme coquin au sens noble du terme. Il aime écrire pour se faire plaisir et surtout pour égayer la vie de ses contemporains. Il aime aussi les livres courts et vifs. Ceux qui d'une touche presque imperceptible vous mettent immédiatement dans l'ambiance. L'an dernier, il avait offert un merveilleux cadeau avec La Belle inconnue couronné par le Prix François Billetdoux et cette fois il récidive avec les mêmes héros. Il y a bien sûr la troublante et séduisante Mathilde, un espion du Kaiser, Stuart Jacob et Miss Flora. Mais il y a aussi la ténébreuse Mata Hari qu'il peint à sa façon en se jouant des légendes attachées à la personne de cette espionne pas si futée que cela, ou encore un journaliste du Times, une sorte de PPDA mâtiné de Sérillon. Jean-Claude Lamy situe l'action de son roman en 1916 au moment où la guerre fait rage en Picardie. Des soldats meurent au grand jour mais comme il l'écrit si joliment "l'armée des ombres est sur la brèche".


Le fameux espion du Kaiser est chargé de récupérer les plans d'un projet de tunnel sous la Manche. Mais voilà, tout cela n'est pas aussi simple quand une femme vole l'identité d'un médecin-major de la Croix-Rouge française pour lui mettre des bâtons dans les roues en même temps que l'Angleterre et Scotland Yard veillent... Lamy, autour de cette idée toute simple, où nombres d'auteurs se seraient empêtrés dans des aventures aussi invraisemblables qu' improbables, construit un puzzle élégant et raffiné.


Il sait - heureux homme - d'un mot ou d'une courte phrase créer une ambiance. Qui aurait pensé par exemple commencer un chapitre par "Au début d'une année nouvelle, on est souvent enclin à la mélancolie", merveilleuse image, un oxymore inattendu... ou encore écrire que "les histoires qui circulent ne sont pas un indice négligeable du sentiment populaire. Vraies ou fausses, elles alimentent une fantasmagorie que l'homme de la rue met en scène". Ce ne sont là que deux exemples pris au hasard pour dire combien un roman de Lamy est un vrai régal. Ce diable d'écrivain, qui se défend d'avoir du talent car il considère - c'est lui qui le dit - que cette vertu appartient à ceux qui ne la possèdent pas, donne à chaque fois qu'il publie un livre l'envie de découvrir ses secrets pour nous entraîner dans les rets de sa divine écriture. On ne raconte pas un roman de Lamy, on le savoure. Il ne s'agit certainement pas d'un chef-d'œuvre, c'est beaucoup mieux : un livre qu'on a envie de lire et surtout d'inviter à lire.

Jean-Marc Loubier
( Mis en ligne le 22/06/2001 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)