L'actualité du livre
Littératureet Policier & suspense  

Meurtres à Moulinserre
de Renaud Nattiez
Sépia 2021 /  20 €- 131  ffr. / 281 pages
FORMAT : 14,0 cm × 21,0 cm

Savoureuse parodie

Les éditions Sépia ont créé en 2009 une collection dont le titre se suffit à lui-même, «Zoom sur Hergé», et dont l’ouvrage recensé ici constitue le treizième volume, orné d’une jolie couverture, hommage à la «ligne claire» d’Hergé. Renaud Nattiez a, au demeurant, déjà publié un ouvrage dans la même collection, Les Femmes dans le monde de Tintin, de Bianca Castafiore à Peggy Alcazar, qui vient s’ajouter à trois autres édités ailleurs et également consacrés à l’œuvre d’Hergé, mais aussi à Georges Brassens. Nous avons donc affaire ici à des spécialistes, éditeur comme auteur. A propos de ce dernier, on se plaira à relever qu’il vient, comme l’auteur de ces lignes, d’une école vouée à la disparition, et qu’il a exercé des fonctions diplomatiques, ce qui ne le prédestinait pas a priori à se consacrer au chef de file de la bande dessinée belge.

Le titre de l’ouvrage est lui aussi assez parlant, du moins pour qui connaît l’œuvre d’Hergé, en ce qu’il évoque le mécanisme qui va être mis à l’œuvre dans tout le cours de l’ouvrage, une parodie de l’ensemble des albums de Tintin au travers d’une intrigue policière. Parodie, disons-nous, car non seulement le terme n’est pas trop fort, mais c’est celui sous lequel l’auteur place son roman par le biais d’une citation d’Umberto Eco, qu’il est nécessaire de reproduire car elle éclaire son propos : «Lorsque la parodie est animée par le respect du modèle parodié, elle contribue à rendre l’œuvre ouverte et donc vivace. Alors, oui à la parodie».

Cette parodie, donc, se fait en premier lieu par le mécanisme classique de la déformation des noms propres, déformations permettant néanmoins, par leur caractère léger, de pouvoir identifier aisément chaque personnage original de la bande dessinée. Ainsi, pour se borner à un exemple, les héros éponymes sont devenus Martin et son chien Pilou. Ce jeu est poussé plus loin par l’accentuation des traits de leur caractère et la transposition bien trouvée de leur manière familière de s’exprimer ; que l’on songe par exemple aux innombrables jurons du capitaine Haddock (pardon, du capitaine Paddock !). Et tout ceci est mis en scène dans le cadre d’une enquête policière qui va donner lieu à une évocation de nombreux épisodes de leur vie passée. L’intrigue est rondement menée, avec de multiples rebondissements, par une enquêtrice déjà fan de l’œuvre d’Hergé, ce qui lui facilite, mais en même temps lui complique la tâche... On ajoutera que paraissent çà et là des personnages réels, hommes politiques, écrivains, qui donnent un piment supplémentaire au récit. Au total, un ouvrage distrayant, bien enlevé et original.

On ne saurait cependant, pour conclure, éviter l’objection que l’on peut immédiatement s’être faite en lisant ces lignes : l’ouvrage passionnera sans nul doute le connaisseur de l’œuvre d’Hergé qui le décryptera avec délectation, mais quid d’un éventuel lecteur qui n’est pas familier de cette dernière ? On peut penser qu’il pourra aussi en apprécier la lecture, comme pour un roman policier classique, même si nombre de finesses lui échapperont, ce dont, par hypothèse, il ne souffrira pas. Donc, un livre qui pourra plaire à tous les amateurs de BD comme de romans policiers décalés.

Jean-Etienne Caire
( Mis en ligne le 30/04/2021 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)