L'actualité du livre
Littératureet Policier & suspense  

Innocent
de Harlan Coben
Belfond 2006 /  21.00 €- 137.55  ffr. / 389 pages
ISBN : 2-7144-4188-2
FORMAT : 14,5x22,5

Traduit de l'anglais (américain) par Roxane Azimi.

Efficace et haletant

Comme toutes les stars du polar efficace et percutant, Harlan Coben part d’emblée avec un capital confiance dès lors qu’on ouvre un de ses livres. Le lecteur sait d’avance qu’il ne refermera pas l’ouvrage avant de l’avoir fini, et qu’il est assuré de plusieurs heures palpitantes. Le contrat est parfaitement rempli avec Innocent, dernière livraison du prolifique Américain.

Matt Hunter est comme qui dirait bien né. Bonne famille, bonnes études, avenir brillant... Malheureusement, à l’occasion d’une bagarre étudiante qui tourne mal, Matt à la mauvaise idée d’étrangler le jeune Stephen Mac Grath, et écope de dix ans de prison. Une parenthèse maudite qui ne laisse pas Matt indemne. À sa sortie, il se reconstruit doucement, épouse son âme sœur Olivia, et s’apprête à devenir papa pour la première fois. Comme dans toute bonne fiction qui se respecte, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, jusqu’à l’événement perturbateur…

Un jour qu’Olivia est en voyage d’affaires, Matt reçoit sur son portable une photo et une vidéo de son épouse légèrement vêtue en compagnie d’un autre homme, dans une chambre d’hôtel. Au même moment, sœur Marie-Rose, vertueux élément de l’établissement religieux St Margaret, est retrouvée assassinée, et l’on s’aperçoit qu’elle porte de proéminentes prothèses mammaires… Et c’est parti pour 400 pages de frissons, de meurtres affreux et de chantages tout aussi odieux, de mensonges et de retournements de situations.

Sur le bon vieux mode, cher au thriller, de «on ne connaît jamais la personne avec qui l’on vit», Coben s’en donne à cœur joie. Ce polar extrêmement maîtrisé – tant dans le fond que dans la forme – fait la part belle aux faux-semblants et aux zones d’ombre que chacun traîne de son passé. Sans oublier une galerie étoffée de personnages secondaires, surtout chez les femmes : la bougonne inspectrice Loren Muse, l’affriolante détective privée Celia Shaker, la mystérieuse Sonya Mc Grath, sans oublier d’émouvantes effeuilleuses de clubs pour messieurs...

Les notions de réinsertion sociale et de culpabilité sont également abordées à travers la trajectoire du héros, mais peut-être un peu trop en surface, une faiblesse souvent inhérente à ce genre de littérature. Qu’importe, Coben reste un formidable faiseur d’histoires à trembler, et Innocent ne déçoit pas.

Caroline Bee
( Mis en ligne le 19/04/2006 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)