L'actualité du livre
Littératureet   

Lizka et ses hommes
de Alexandre Ikonnikov
L'Olivier 2004 /  20 €- 131  ffr. / 214 pages
ISBN : 2879294517
FORMAT : 15 x 21 cm

Traduit du russe par Antoine Volodine

Un conte de fées dans la Russie post-soviétique

Aprs les trs remarques Dernires nouvelles du bourbier, Alexandre Ikonnikov livre un roman assez convenu et trs diffrent de par son ton et sa faon de brosser les situations et de camper les personnages. Si lhumour est nouveau au rendez-vous, cest de manire un peu plus fade et un peu moins acide. Lensemble est moins efficace et laisse le lecteur sur sa faim, dsappoint par tant de simplicit.

Le roman, compos de huit chapitres, prsente huit annes de la vie dune jeune femme, Lizka, de ses dix-sept ses vingt-quatre ans. Et sintresse notamment sa vie amoureuse et aux cinq importantes liaisons quelle vivra. Lizka a quitt sa ville natale quelle supportait mal et trouvait trop trique, pour la ville de G., plus grande et qui possde entre autres une cole dinfirmires quelle envisage dintgrer. Mais, mme si la jeune femme se fait quelques amies, surtout des compagnes de chambre, la vie nest pas plus simple G., les gens se montrent mesquins, violents, cruels et menteurs, surtout les hommes. Et Lizka de devoir abandonner ses tudes, de ctoyer des prtendants peu recommandables, mais peut-tre passerelles vers le bonheur. Le premier, un charmant chanteur, savre tre une crapule intrigante. Le second, pourtant trs gnreux, est un politicien rus et arriviste qui conoit les relations conjugales dune faon froide, distante, et comme un moyen de trouver russite et stabilit. Le troisime, quelle pouse, la trompe bientt. Le quatrime est un violent estropi

Le narrateur de ce roman nest pas bien identifi. Le plus souvent, le point de vue semble tre celui de Lizka elle-mme. On la suit et on ne la lche pas. Sauf deux reprises. Le rcit du chanteur escroc qui occupe tout un chapitre est un tonnant morceau qui, crit peu prs sur le mme ton que le reste, laisserait penser quil y a manipulation gnrale de la part de lauteur qui finalement semble samuser avec des marionnettes auxquelles il prterait telles ou telles aventures. Ce que vient corroborer le rcit final de Kostia, un jeune pote. Ces intrusions dun discours la premire personne viennent drouter le lecteur et crer une distance dans la faon dont lhistoire de Lizka est raconte. En effet, il est assez drle de relever toutes les critiques dont les hommes sont sujets, lauteur en tant un lui-mme. Les hommes, dans ce roman, en prennent pour leur grade. Sils sont traits avec tendresse et que lon place plein despoir en eux, ils sont rarement frquentables et semblent en fin de compte assez dangereux : la suite de cette fort dplaisante rencontre, Lizka rflchit aux hommes. Des espces de grands enfants, qui faisaient si volontiers la sourde oreille quand a les arrangeait.

Mais si la vie de Lizka semble difficile, si dautres auraient dj renonc, lauteur en fait un personnage robuste, joyeux et assez peu sujet la dprime. Jamais il nvoque son dsarroi, ni sa peine. Elle oublie rapidement son divorce et se remet du fait de ne pas pouvoir continuer ses tudes en un rien de temps. Un saut en parachute, un flocon de neige suffit ! Tous les personnages saccommodent de la vie, font face avec sang-froid mais sans rsignation ses difficults, ses embches. Ikonnikov a peut-tre cherch, en installant une hrone trs solide, montrer quil faut du courage pour supporter les conditions de vie cres par la socit post-sovitique.

Lintrt du livre ne rside en effet pas dans les aventures amoureuses de la jeune femme, mais plutt dans larrire-plan historique sur lequel elles se droulent. Huit ans qui correspondent la fin de lre sovitique, la perestroka et louverture lOuest. Lauteur voque chacune de ces tapes avec humour, drision, et y montre bien le cynisme, lhypocrisie et latmosphre dentraide qui y rgnaient cependant. Il excelle dans la description du climat et dans lvocation des lieux et des ambiances. Relevons, par exemple, la description du foyer de travailleurs qui fait bien entendre les bruits, les rires et les chants, et sentir les odeurs durine et doignons. Notons aussi, celle de limmense appartement du politicien au regard cynique et animal qui a rassembl des logements standards de lpoque de Khrouchtchev et leur a donn des allures de palaces. Ces descriptions, qui contrastent fortement les unes avec les autres, font voyager le lecteur dans diffrents milieux sociaux, le faisant passer des milieux ouvriers celui des membres du Parti.

Mme sil noffre rien de trs original, ni de trs remarquable, mme si, sous sa simplicit se cachent bien des critiques, Lizka et ses hommes est finalement un joli conte agrable lire. Esprons toutefois que le prochain ouvrage dAlexandre Ikonnikov, qui a tout juste trente ans, retrouve un peu de la cruaut et de la force de Dernires nouvelles du bourbier.

Nathalie Meyer
( Mis en ligne le 10/11/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)