L'actualité du livre
Littératureet   

Un amour impossible
de Christine Angot
Flammarion 2015 /  18 €- 117.9  ffr. / 216 pages
ISBN : 978-2-08-128917-8
FORMAT : 13,6 cm × 21,1 cm

Prix Dcembre 2015

Moi, Christine A...

Christine Angot ne faisait pas partie des auteurs que l'on aimait lire : auto-fiction sans trait d'union vers son lecteur, style zro glace, personnage boudeur sur des mdias qui-l'a-do-rent. Rien de trs apptissant, convainquant, et, pensions-nous, lgitime. On avait lu quelques titres dans l'espoir de se laisser surprendre... en vain. Angot, au placard. Pensions-nous.

Et puis, les hasards du fonctionnement d'une rdaction on fait que le dernier Angot est rest sur la pile, sans collaborateur pour y croquer, livre orphelin dans l't. Alors, parce-qu'il-faut-bien-parler-du-dernier-Angot, on s'est saisi du roman. Et le roman nous a saisi son tour. Bigre, ce cru l, on l'a aim !... Aimer n'est pas forcment le verbe le plus appropri. Disons plutt que l'on a t intrigu, captiv, finalement convaincu.

Un amour impossible tire sa force d'une conjonction des temps, point nodal o dialoguent une femme arrive au mitan d'une vie et une socit se portant mal. Christine Angot voque la relation, de la naissance nos jours, entre Christine, personnage de roman, et sa mre. Un amour fusionnel que le temps dlitera, rosion des corps et des mes, et l'importance cardinale du viol incestueux, le poids de mcanismes sociaux et historiques qui, eux, ne se grippent pas.

Rachel Schwartz, modeste fonctionnaire juive de Chteauroux, tombe pour Pierre, bourgeois sr de lui, intellectuel suffisant. Christine est le fruit de cette rencontre, "ne de pre inconnu", jusqu' ce que Pierre finisse par la reconnatre, accepte de la rencontrer... Et la viole.

La mre ne voit rien, aveugle par un amour frustr mais tenace. Le temps passe, l'adolescente devient femme, mre, elle est crivain. Des liens se tissent nouveau entre les deux femmes. Les maux et les mots, aprs s'tre nourris rciproquement, prsent s'absolvent.

La romancire encapsule ces cinquante annes en deux-cents pages, conome en mots comme toujours, souvenirs momifis dans un savant dosage des dtails qui importent, pour distiller l'motion juste. Et tout sonne juste, terriblement juste dans le rcit de ces vies certifiant par A + B cette loi sociale que les classes ne se mlangent pas, qu'tre Juif reste un problme, que la Province, Chteauroux, la Diagonale du vide composent un no-man's-land social et culturel comme terreau du pire. Au mieux, l'ennui. Que la France... bof, bof.

L'pilogue du roman est ce long expos par lequel Christine, l'auteure ET l'hrone ego-fictive, inscrivent le drame individuel sur une trame qui les dpasse... et explique tout. Ce passage de l'ego l'universel, tout du moins au niveau social et historique, permet de penser et panser les blessures, brodant sur l'vnement, absurde par essence, un dbut de sens, tragique certes, minemment pessimiste, mais sens malgr tout. Comme une raison d'tre sociale par laquelle se reconstruit une raison d'tre intime, liant une fille sa mre. Et renat la possibilit d'un amour.

Peut-tre ici mieux, bien mieux qu'ailleurs, Christine Angot russit-elle lgitimer son propos littraire, dans une habile confusion des "je" et du "nous".

Thomas Roman
( Mis en ligne le 18/09/2015 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)