L'actualité du livre
Beaux arts / Beaux livreset   

Retables, l’âge gothique et la Renaissance
de Caterina Virdis Limentani et Mari Pietrogiovanna
Citadelles & Mazenod 2001 /  167.94 €- 1100.01  ffr. / 432 pages
ISBN : 2-85080-178-3
FORMAT : 25 x 32

D’or et de sang

Retable : tout le monde connat le terme. Mais que recouvre-t-il
exactement ? Ltymologie offre, comme souvent, une aide non
ngligeable. Retable vient de retro tabulam, cest--dire derrire
lautel. Il sagit de la composition picturale - et parfois sculpte - qui est
place dans une glise derrire lofficiant, de faon quelle puisse tre
vue par les spectacteurs. Elle se dcoupe en plusieurs compartiments,
do le terme de polyptyque, signifiant littralement plusieurs plis
(du grec ptuc, ptukhos, pli). La composition obit des rgles
strictes. Au centre, un pisode majeur de lhistoire sainte : lAnnonciation,
la Crucifixion ou la Dposition de Croix. Sur les cts, des saints ou les
donateurs, dpeints dans une attitude de dvotion. Au-dessous, la
prdelle, o de petites peintures reprsentent dautres saints, souvent
des martyrs saint Sbastien cribl de flches ou Pierre de Vrone, un
sabre dans le crne - ou des docteurs de lEglise. Un plus grand
raffinement porte parfois ajouter un garde-poussire, comme dans le
retable du matre de Castelsardo, en Sardaigne. Cette plinthe
supplmentaire permet daccrotre le stock de personnages : le retable
est bien une bande dessine ducative

Les retables taient souvent pourvus de volets. Leur ouverture
crmonieuse ajoutait la mise en scne. Les volets, lextrieur,
taient peints en grisaille, dune matire qui pouvait rappeler le papier
marbr. Mobile lorigine, comme les reliquaires, dont il partage
certaines des caractristiques, le retable devient peu peu une vritable
architecture de bois et dor, totalement intransportable. Celui de la
cathdrale de Palencia, en Espagne, en est une illustration saisissante :
sa ralisation sest tendue sur tout le 16e sicle, faisant intervenir
plusieurs gnrations dartistes clbres, de Juan de Flandes Gregorio
Fernndez. Ce modle, qui sadapte parfaitement lhorror vacui
de lre baroque, aura une grande influence en Amrique latine et jusqu
Macao.

Comme son habitude, lditeur propose un ouvrage o la pertinence du
texte dans lequel les auteurs, de luniversit de Padoue, vitent avec
bonheur de se montrer trop savants saccompagne dune iconographie
de haute qualit. Aprs les essais introductifs, trente retables majeurs
sont tudis de faon approfondie. LItalie et lAllemagne sarrogent la
part du lion avec Crivelli, Vivarini, Piero della Francesca, Cranach,
Lochner ou Drer mais, dans ce domaine, on assiste une globalisation
avant la lettre. Ainsi les retables sardes sont dvidente matrice catalane
et lun des chefs-duvre de Bosch, Le Jardin des dlices, aprs
sa commande - probablement par un membre de la famille de Guillaume
le Taciturne - a t rquisitionn par les occupants espagnols et a fini
prs de Madrid, dans le glacial Escorial de Philippe II. Quant aux grands
retables conservs sur le territoire franais, ils sont abords,
dIssenheim Moulins, de Nice (Triptyque de la Piet par Louis
Bra) Aix-en-Provence (Retable du buisson ardent de Nicolas
Froment). On apprcie la rigueur jusque dans les dtails de terminologie.
Les noms de saints sont bien traduits, ce dont beaucoup dditeurs se
dispensent. Egidio est bien Egide et Gaudenzio Gaudens. Dernier
raffinement : grce un systme de pliures, les retables volets
souvrent. Il ne vous manque que lautel

Rafael Pic
( Mis en ligne le 28/12/2001 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)