L'actualité du livre
Beaux arts / Beaux livreset   

Le dernier jour de l'été
de Jock Sturges et Jayne Anne Phillips
Aperture 2002 /  / 96 pages
ISBN : 0-89381-989-1
FORMAT : 25 x 30

Jock Sturges : photographier pour ne rien perdre

Femmes, enfants et petits-enfants sont photographis, au cours des
mois dt, aux Etats-Unis ou sur les plages naturistes franaises.
Habilles de vtements lgers, de maillots de bain ou simplement nus,
les modles de Sturges sont pris tels quil lui apparaisse dans linstant,
dans lappareil quils ont choisi, sans quaucune systmaticit nait t
impose. Et cest l la force de luvre : saisir la beaut naturelle du
sujet. Le mode opratoire est souvent le mme chez Sturges et
lintermdiaire mcanique sait, chez lui, se faire discret. Loutil technique
une chambre 20 x 25 et un trpied - se veut simple dutilisation,
naccaparant lattention du photographe que de faon minimale. Une
impression daisance et dvidence transparat limage, qui laisse
supposer une connaissance intime du modle de la part de son
photographe. Et de fait, Sturges partage, souvent pendant un ou plusieurs
mois, la vie de ses sujets-amis, rptant cette exprience dune anne
sur lautre. Car tout comme il ne cherche pas multiplier les possibilits
techniques, il ne poursuit pas davantage la varit thmatique. Avec la
plus grande constance, il sest toujours attach photographier sa
famille et ses amis. Aussi loin que remonte sa pratique, il na eu de
cesse de portraiturer son environnement le plus proche.

Pris de 1978 1990, de Montalivet, plage naturiste franaise, Rhode
Island en passant par la Californie du Nord, ces clichs sont autant de
tmoignages du passage du temps sur ces tres, de linluctable
transformation laquelle sont vous ces jeunes corps. Du passage de
lenfance lge adulte, de la maternit lindpendance des enfants,
toutes ces tapes sont saisies par Sturges. Fixer sur le papier, ce qui
demain ne sera plus, garder une empreinte de ces ges de la vie, tel
semble tre le projet du photographe. Certaines images prises
Montalivet, exposant au regard ces corps nus, vus en plonge, ne sont
pas sans rappeler une tendance de la photographie franaise des
annes trente, plus particulirement illustre dans luvre de Jean Moral
ou encore Pierre Boucher. Corps abandonns dans la chaleur et la
lumire dt, nonchalants, ou nudit plus affirmative, ces femmes nous
regardent souvent droit dans les yeux, sans aucune gne. Les poses,
sans tre empruntes, sont toujours gracieuses, et la gestuelle,
harmonieuse. Certaines compositions, teintes daccents mystiques,
prsentant des jeunes filles la fentre, la tte couronne de fleurs ou
aurole semblent hritires de lart de Julia Margaret Cameron, o
rgne cette fragilit et affleure cette mme complicit troublante, la fois
fraternelle et fminine. En 1990, Sturges, accus de contrevenir la loi
sur la pornographie enfantine, voit son atelier perquisitionn et ses
photographies saisies par le FBI. Pourtant aucune ambigut nest
dceler dans le regard du photographe, cest toujours avec respect que
Sturges considre le modle, aucun instant vol ici, mais une intimit
partage, sans le moindre voyeurisme.

Raphaëlle Stopin
( Mis en ligne le 03/05/2002 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)