L'actualité du livre
Beaux arts / Beaux livreset Peinture & Sculpture  

Céramiques impressionnistes & Grès Art nouveau - Montigny-sur-Loing et Marlotte 1872-1958
de Olivier Fanica et Gérard Boué
Massin 2005 /  36 €- 235.8  ffr. / 213 pages
ISBN : 2-7072-0512-5
FORMAT : 22 x 28 cm

L'auteur du compte rendu : Batrice Brengues a une formation d'historienne de l'art, elle s'intresse aux arts dcoratifs du XXe sicle et poursuit des recherches sur le sculpteur Joachim Costa. Elle travaille paralllement Drouot chez un commissaire priseur.

La terre dans tous les sens

La cramique est un art des sens. Les amateurs en regardent les couleurs et les dcors, touchent pour palper lpaisseur de la matire et le velout des glaures, coutent son tintement bavard car il dit ce qui ne se voit pas, et gotent, enfin, puisque lon y sert les aliments. Lapproche dune cramique est un moment intense et, pour en prouver toute ltendue sensible et dpasser le simple contact de visu quoffre le muse, beaucoup damateurs deviennent collectionneurs. Cest dailleurs le parcours dOlivier Fanica et de Grard Bou, qui la manire darchologues ont mis au jour des pices dont ils nous rvlent lexception lappui dune recherche historique minutieuse. Les connaisseurs ne seront pas tonns de voir louvrage dit chez Massin qui compte son catalogue plusieurs dizaines de titres sur les cramiques de tous horizons, priodes ou techniques, dtailles par des spcialistes.

Cet ouvrage dj paru de faon plus confidentielle en 1986 sadapte son diteur puisquil se complte de nombreuses photos, de fascicules rcapitulatifs et ne seffraie pas dune foule de dtails techniques. Il comporte en outre un rpertoire des fabriques et des dcorateurs, et les illustrations des marques et signatures trs utiles pour lidentification des oeuvres. Mais le livre est essentiellement constitu dune tude historique et stylistique des diffrents ateliers de cramiques qui se sont succds de 1872 1958 dans les villages de Montigny et de Marlotte, situs non loin de Barbizon, clbre pour sa communaut artistique et son got pour la nature. Les auteurs ne reviennent pas sur le terme impressionniste qui qualifie ces cramiques et que lon pourrait aisment contester tant il fait lamalgame entre les courants artistiques de lpoque, mais qui a le mrite dvoquer leur singularit : la touche trs picturale rapide et vaporeuse ainsi que la palette lumineuse, partages par nos cramistes avec les peintres impressionnistes. La cration dun atelier par le fils dAuguste Renoir, Jean Renoir qui fut cramiste avant dtre cinaste, a certainement influ sur le choix de ce terme (bien que ses dcors soient plus proches des recherches fauves...). Ce style impressionniste est directement li la technique de la barbotine. Mise au point au milieu du XIXe sicle par la Manufacture de Svres pour dcorer la porcelaine, elle est adapte la faence par Ernest Chaplet et connat un grand succs dans le dernier quart du XIXe sicle. Il sagit dune peinture lengobe cest--dire une pte dlaye et teinte aux oxydes ncessitant une grande rapidit dexcution sans retouche pour des pices uniques. Elle permet des dcors trs labors ce qui pousse les formes du support spurer.

Dans la production cramique de son temps, Montigny-sur-Loing et Marlotte se distinguent par la qualit des dcors : des paysages, des fleurs et des animaux. La proximit de grands artistes stimule la crativit dans un ton rsolument moderne nettement influenc par lEcole de la Nature mais aussi par le japonisme. Les faenceries de Schopin, Delvaux, Bou et Petit, Cachier (voir page de couverture), Baude, Montigny-sur-Loing, Bzard ou Mousseux, Marlotte connaissent un vaste succs commercial. Mais au tournant du sicle, les fleurs de barbotine se fanent, leur mode est passe. La seule performance du dcor lasse le public qui soriente vers une plus grande densit des matires et un symbolisme des figures. Les ateliers se renouvellent alors travers les grs Art nouveau. Les formes sculpturales sont lhonneur comme les glaures aux maux, les effets jasps, les coulures.

Faisant la part belle aux images, Fanica et Bou partagent le plaisir de regarder ces oeuvres en amateurs ; ils le sont parfois tous les sens du terme : le propos manque de hauteur et de synthse. Mais travers ces nombreuses crations, on admire la terre dans tous les sens : sous les mains du potier, et dans les dcors aux fleurs et aux paysages de la campagne barbizonnienne. Immuable !

Béatrice Brengues
( Mis en ligne le 21/11/2005 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)