L'actualité du livre
Beaux arts / Beaux livreset Photographie  

Allemands en exil - Paris 1933-1941. Ecrivains, hommes de théâtre, compositeurs, peintres photographiés par Josef Breitenbach
de Keith Holz et Wolfgang Schopf
Autrement 2003 /  38 €- 248.9  ffr. / 254 pages
ISBN : 2-7467-0343-2
FORMAT : 25x26 cm

Edition bilingue. Traduction de l'allemand par Nathalie Raoux.

L'auteur du compte-rendu : Thomas Roman, diplm de Sciences-Po Paris, titulaire d'un DEA d'Histoire l'IEP, y poursuit sa recherche en doctorat, sur les rapports entre jeunesse et nationalisme en France la "Belle Epoque".

Nathalie Raoux est collaboratrice Parutions.com.


"L'autre Allemagne"

1933 : un an aprs avoir ouvert son premier atelier photo, Josef Breitenbach (1896-1984) doit quitter lAllemagne o les nazis ont pris le pouvoir. Il sexile Paris, comme tant dautres. L, le temps des annes trente, une vie culturelle exprimant cet exil et une identit allemande se posant comme authentique, peut clore, contre une culture usurpe par Hitler et les siens. Pour lanecdote, cest un portrait de Von Papen qui permit Breitenbach dchapper l'ire des nazis, ceux-ci nosant pas porter atteinte au photographe du chef de guerre. Il est cependant dchu de sa nationalit en 1938.

Cest cette autre Allemagne que le prsent ouvrage, fond sur les archives du photographe, exhumes New York en 1984, montre voir. Ces documents exceptionnels, photos, aquarelles et dessins dartistes et amis de Breitenbach (Heinz Lohmar, Heinz Kiwitz), documents administratifs et correspondances, redessinent les alas de ces Allemands en exil, trop mconnus. Deux historiens allemands, Keith Holz et Wolfgang Schopf, interprtent ces bouts de vie. Le texte, bilingue, offre une traduction en franais par Nathalie Raoux, spcialiste de Walter Benjamin.

A Paris, Breitenbach sinsre tout naturellement dans les rseaux ns de cet exode de la culture (p.13) : lUnion des artistes libres, la Socit allemande des gens de lettres, la Bibliothque allemande de la libert, etc Ces artistes, crivains et intellectuels ne sont pas venus l par hasard. Contrairement Londres, trop prisonnire de la politique dappeasement, Paris offre un cadre plus serein cet exil culturel ; en outre, la capitale o Heinrich Heine avait lu domicile est une destination traditionnelle pour ces hommes de culture. Pour les exils allemands, crit W. Schopf, Paris fut, de 1933 jusquau dbut de la Seconde Guerre mondiale, bien plus quun simple refuge : la ville tint lieu de coulisses cette formidable mise en scne de la culture allemande libre, par laquelle les exils entendaient bien rpondre leur ngation par lAllemagne officielle (p. 212).

Ce combat sincarne dans des uvres et des manifestations sur lesquelles les prsentes archives nous renseignent. En novembre 1936, lexposition Le livre allemand libre rsume la position de ces Allemands apatrides. Heinrich Mann, prsident de la Socit allemande des gens de lettres, y dclare : Un peuple qui a donn naissance une histoire intellectuelle et littraire si riche sarrachera bientt de lappauvrissement qui lui est impos. En tmoigner et le montrer, voil le sens de cette exposition. Quand un peuple est billonn, sa littrature parle (cit. p. 38). En 1938, lexposition Lart allemand libre se veut la rponse de ces artistes lexposition sur lart dgnr, tenue Munich en 1937. En fvrier 1938, lexposition Cinq ans de dictature hitlrienne va dans le mme sens, tout comme celle projete New York en 1939 mais finalement avorte, intitule LAllemagne dhier, lAllemagne de demain.

Ces deux dernires manifestations dvoilent les visages suspects des dmocraties occidentales. Pour la premire, la censure pose un voile coupable sur certains messages, certaines uvres. Sous la pression de lambassadeur allemand Paris, et de son ministre Von Neurath, la police franaise sexcute. De mme, la trentaine de panneaux de lexposition new-yorkaise demeureront invisibles jusqu ce jour. Lun deux sintitulait : LEtat nazi extermine les Juifs Lexposition, pour viter toute provocation lgard de lAllemagne, et par lintervention du Bureau international des expositions, est annule.

Cette compromission des dmocraties se lit aussi dans les conditions de vie de ces exils. En France, lapproche de la guerre, ils connaissent linternement dans les camps, exprim par Lion Feuchtwanger dans Le diable en France ou par Anna Seghers dans Transit.

Parmi les uvres, citons encore Exil du mme L. Feuchtwanger, et toutes ces pices de Brecht dont le photographe nous dvoile la mise en scne : Les fusils de la mre Carrar (1937), Grand peur et misre du IIIe Reich (1938). Dans cette dernire, srie de sayntes sur les Allemands sous le nazisme, le dramaturge se dmarque de lide somme toute facile que ceux-ci furent les victimes dune clique de criminels, en brossant le portrait du suiveur qui, par faiblesse, courbe lchine et se tait. Les clichs de Breitenbach nous plongent dans ce monde o lart nest plus cet exercice serein. En tmoignent les portraits burins de la Weigel, Helene Weigel, actrice de Brecht.

Tous ces artistes et dautres (Joseph Roth, Ernst Toller, Ludwig Renn, Oskar Maria Graf, Max Ernst, Eugen Spiro, Walter Benjamin, etc.) revivent sous lobjectif de Breitenbach, et limage de crer une motion. Ainsi de cet horizon capt lors du voyage entre lEurope et lAmrique, en mai 1941, si profondment charg de sens.

Louvrage Allemands en exil est donc dun trs grand mrite. Dexcellente facture, il vaut tant pour son intrt historique que pour sa qualit plastique. Les nombreuses reproductions photographiques aident comprendre une poque et une condition difficiles. Le trait est peut-tre parfois trop appuy ou empathique. On en oublie presque la condition autrement moins enviable des Allemands rests au pays, ceux que Ernst Toller dsigna comme une troisime Allemagne, lAllemagne silencieuse, lAllemagne qui souffre et qui envia peut-tre cet asthme au cur dont parlait Thomas Mann, pris du mal du pays.

Le livre permet de se poser ces questions, celles de choix cornliens impossibles juger : les mrites de lexil valaient ceux de la vie sur place et lon trouva sans doute des lches et des valeureux, des victimes et des hros, des deux cts du Rhin...

Thomas Roman
( Mis en ligne le 06/10/2003 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)