L'actualité du livre
Pocheset Littérature  

Le Cas Sneijder
de Jean-Paul Dubois
Seuil - Points 2012 /  6.70 €- 43.89  ffr. / 235 pages
ISBN : 978-2-7578-3002-4
FORMAT : 11,1 cm × 18,0 cm

Premire publication en octobre 2011 (L'Olivier)

Désespérément drôle…

On retrouve dans ce rcit la premire personne le double littraire de Jean-Paul Dubois, prnomm Paul, seul survivant dun grave accident: la chute dune cabine dascenseur dans un immeuble de Montral. Sa fille Marie est morte, ainsi que trois autres personnes. Quand il sort du coma, Paul a perdu le got de ce qutait sa vie. Sa ralit se dcompose. Une sorte dindiffrence lucide va tout dcaper. Et son regard au laser, dsesprment drle, va tout recomposer, sans toujours sen rendre compte.

Avec sa femme, responsable dun laboratoire de commande vocale,crature trs haut potentiel appartenant ce quelle croit tre une aristocratie post-moderne, monstre defficacit qui lui a interdit damener chez eux Marie, sa fille dun premier mariage. La lchet me fit renoncer au combat depuis ce temps je sais ce que je vaux. Ses deux fils sont des clones masculiniss de leur mre. Lui se sent lcart, sorte de pourvoyeur gntique affubl dun permis de conduire pour faciliter les transports. Tout cela nous est racont dans un mlange improbable de comdie et de mlancolie.

En rentrant de lhpital, Paul sisole, se passionne pour les revues dascenseurs. Il en tudie les moindres rouages (un accident sert aussi a. A comprendre lorigine du malheur. A dmonter la machine et la remonter). On entre avec lui dans cette lucidit folle pour dcouvrir quils sont la colonne vertbrale de notre monde, et mme llment vital de nos vies. Lascenseur, instigateur de cet ordre, tenait lieu de pense unique, de poumon dacier Lascenseur a fait les tours et cr lagrgat. Il a fait vivre et dormir les hommes les uns au-dessus des autres. Il a fait natre des villes malades. Il a tu ma fille.

Dans ce monde robotis, peu de gens qui parler. Paul abandonne son ancien travail et son conformisme marchand pour devenir promeneur de chiens lagence Dogdogwalk, malgr la colre de sa femme: mtier de rat, indigne delle et de son plan de carrire ! Mais il se sent bien avec les chiens, et eux avec lui. Ils savent tre vrais, prendre le temps de sintresser ce qui ne sert rien, faire confiance, juste pour le plaisir de marcher avec lui dans la neige.

Le rcit est la fois cocasse et terrible. Lhumour noir de J.-P. Dubois fait des ravages. Une sorte de posie fait grincer des phrases limpides (comme dans les titres de prcdents romans: Tous les matins je me lve, Les poissons me regardent, Parfois je ris tout seul, La Vie me fait peur Mais Paul est inadapt une modernit qui ressemble bien la ntre, ses questions sont les ntres. Cest un moraliste dsabus qui nous fait sourire avec cette histoire dascenseur et de solitude. Oui la vie est un sport individuel, et comme l'a dit J.-P. Dubois dans un entretien: cest un boulot de longue haleine de se construire une vie qui ne mne rien.

François Dirson
( Mis en ligne le 09/11/2012 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)