L'actualité du livre
Pocheset Littérature  

La Mesure de la dérive
de Alexander Maksik
10/18 2015 /  7.80 €- 51.09  ffr. / 288 pages
ISBN :  978-2-264-06452-3
FORMAT : 11,0 cm × 18,0 cm

Premire publication en janvier 2014 (Belfond)

Sarah Tardy (Traducteur)


Survivre à tout prix

O trouver la force de survivre quand un horrible pass vous hante et que le quotidien est un combat permanent? Telle est la question pose par Alexander Maksik dans ce roman bouleversant.

Jacqueline, une jeune Librienne de vingt-trois ans, a fui son pays pendant la guerre civile. Grce un ami journaliste, elle a pu obtenir un visa espagnol. Son pre, qui tait le ministre des finances de Charles Taylor (depuis condamn pour crimes contre lhumanit), na pas du tout anticip sa propre chute. Jacqueline avait une vie brillante, elle tait cultive et avait un petit ami blanc.

Durant cette errance, son existence dautrefois la hante par la voix de ses parents, une vie douillette, facile, damour et dinsouciance avec sa sur Saifa, enceinte. La jeune fille tente dexorciser le pass. Peu peu, lauteur nous dvoile les horreurs quelle a traverses, les images enfouies de son ancienne vie et limportance vitale de sa relation aux autres en dpit de la peur et de la colre.

Cet t, elle survit sur lle de Santorin aux plages de sable noir. Dmunie, elle dort dans une grotte puis dans une maison en construction abandonne o elle russit se crer un semblant dintimit avec ses quelques affaires. Elle travaille sur la plage en massant les pieds des touristes allongs sur le sable pour runir quelques euros. Nous sommes saisis par lempathie et lmotion face cette jeune femme cultive, fire, luttant contre la folie qui la guette cause de lisolement, de la solitude, sans personne qui parler ou qui puisse laider et la soutenir dans son combat pour la vie.Et tandis que le sentier lemmenait plus bas, tandis quelle coutait son esprit, le vent et le bruit de ses pas, elle peinait faire la diffrence entre ses souvenirs et la folie. Elle avait envie de sarrter mais elle navait pas le choix, elle devait marcher. Sarrter laurait tue. Elle vite surtout la police qui la renverrait dans son pays aux mains des ennemis de son pre.

Elle a limpression de ne plus appartenir au monde humain, de sen tre dtache par la force, elle nest plus rien et na pas dexistence relle, perdue dans sa prcarit. Elle est invisible au regard des autres. Elle doit fournir de gros efforts pour accomplir des gestes aussi simples que manger, se laver, dormir pour survivre. Elle se ment, a parfois des clairs de lucidit, mais elle avance un peu dans sa qute, elle a un faible espoir de se sortir de cette situation infernale. Mais le danger est toujours prsent de se rsigner et renoncer quand son corps ou son esprit la trahissent. Et quel mois sommes-nous? Jai perdu la notion compltement.

Alexander Maksik, par ce roman, nous apprend mieux connatre la vie de ces clandestins, ces migrants que nous vitons de regarder en face et qui nous mettent mal laise. Pourtant, ils avaient tous une autre vie avant le drame, souvent une situation politique ou conomique qui sest dgrade. Ils nont plus davenir. Aprs avoir lu ce livre, peut-tre aurons-nous un autre regard sur ces vies fracasses. Un beau roman sur la solitude humaine, sur le courage face ladversit.

Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 25/02/2015 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)