L'actualité du livre
Pocheset Littérature  

Les Pêchers
de Claire Castillon
Seuil - Points 2017 /  6 €- 39.3  ffr. / 161 pages
ISBN : 978-2-7578-6129-5
FORMAT : 10,9 cm × 17,8 cm

Première publication en septembre 2015 (L'Olivier)

Un air de famille ?

Il y a d'abord Tamara... un peu paumée, un peu rebelle, un peu amoureuse de Quick, un peu en couple avec Claude. Tamara qui ne sait pas trop où elle en est, à mi-chemin entre le mariage bourgeois avec Claude, le notable, ses clubs de golf et ses réflexions machistes, et Quick, le quasi marginal si charmant et si insaisissable. Et donc Tamara se laisse porter, par la volonté des uns, les envies des autres, les hasards de la vie... Elle se révolte intérieurement, fuit dans son journal même pas intime, crie, pleure, se bat par procuration. Velléitaire par essence, elle subit le poids des conventions, du machisme, du stéréotype du père divorcé et de sa fille/femme, du remariage qui s'avère en fait être le rejeu du premier mariage... celui avec Aimée.

Car avant Tamara, il y a eu Aimée... Elle était plus dans le ton, vendeuse dans l'industrie du luxe, maîtrisant mieux les codes de la bourgeoisie avant de les envoyer valser pour un rôle d'executive woman mal taillé. Aimée a choisi la liberté et... Quick, mais comme Tamara, elle ne saurait échapper aux stéréotypes et au matérialisme, qu'il soit financier ou sentimental : Aimée veut posséder, mais elle aime ce qui lui échappe, un amant quasi immatériel ou un homme qui passe dans la rue. Seule ancrage dans cette existence : sa fille Esther, au coeur du récit. Car Esther est la fille des uns, la belle fille des autres, elle est l'oeil qui observe Cain (et Tamara), le supplice qui interdit à son père d'être à nouveau amant, la justification de tous les rêves d'Aimée... avant de devenir, finalement abandonnée par les uns et les autres, la narratrice d'un épilogue théâtral en forme de métaphore... Esther, c'est cet enfant silencieux qui vous scrute et vous dévoile, c'est le lecteur voyeur, et l'auteure complice...

Le nouveau roman de Claire Castillon n'est pas, loin s'en faut, une lecture de plage : mais quelle lecture ! A chaque ouvrage, l'auteure dissèque, épure, raffine pour aboutir à ces tableaux de vie où l'on va tout de suite à l'essentiel, non sans regarder en passant les stéréotypes, les rituels, les conventions qui s'effondrent. Chaque personnage, y compris les personnages masculins un peu plus en retrait et rarement loquaces, se rapproche peu à peu de son essence, de sa vérité, non sans souffrances : les leçons données par la vie se paient au prix fort. Et tout l'enjeu de l'ouvrage consiste dans cette intrication des affects, des émotions et des rôles jusqu'au moment où chacun, tour à tour, tente de sortir du sien.

Magistrale, Claire Castillon garde cette dent si dure envers le couple et ses illusions, mais elle montre aussi sa tendresse, dans quelques éclairs, pour des personnages en quête d'une liberté qu'ils ont du mal à concevoir. Un roman réussi, glaçant, au diapason des précédents, qui vivra on l'espère plus que le temps d'une saison.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 11/12/2017 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)