L'actualité du livre
Pocheset Littérature  

Ce qui désirait arriver
de Leonardo Padura
Seuil - Points 2017 /  7,40 €- 48.47  ffr. / 272 pages
ISBN : 978-2-7578-6623-8
FORMAT : 10,8 cm × 17,8 cm

Première publication française en mai 2016 (Métailié - Bibliothèque hispano-américaine )

Elena Zayas (Traducteur)


Les divins souvenirs du passé

Un recueil assez envoûtant, au titre mystérieux : treize nouvelles écrites entre 1985 et 2009 et reliées par un fil rouge - Cuba - et une couleur, celle de la mélancolie nostalgique. Les héros sont essentiellement des hommes, attachés à Cuba, qu'ils y vivent ou en soient éloignés par la guerre en Angola. En dépit des difficultés, peu ont la tentation de l'exil (vers l'Espagne, Miami ou l'Italie), et la figure de l'exilé, qui revient à plusieurs reprises (un vieux travailleur chinois usé, un Africain, vendeur à la sauvette, désemparé) est plutôt un repoussoir. Chacun vit avec ses regrets, ceux des occasions manquées, des amours ratées ou évanouies, vit ou meurt ou encore tente de mourir.

L'écriture est lente, douce et grise, comme la tristesse qui imprègne ces destins inaccomplis, qu'exaltent les boléros de la belle et mystérieuse Violeta del Rio (''Neuf nuits avec Violeta del Rio''). «Les divins souvenirs du passé te poursuivront, ta conscience malheureuse te tourmentera...» : ces vers résument l'esprit de la plupart de ces nouvelles.

Dans ces récits, aucun espoir d'infléchir le cours cruel de la vie : deux anciens amants se retrouvent à l'enterrement d'un ami ; ils ont vingt-sept ans et se sentent déjà vieux (''Au fil du temps''). Un homme se retrouve dans le petit garçon qui s'exerce au basket au pied de son bureau, mais il est incapable de lui transmettre l'espoir et les horizons lointains (''Le Mur''). Deux amis de jeunesse se retrouvent par hasard à Madrid et partagent une soirée au terme de laquelle ils se quittent (''La Porte d'Alcala''). Treize courts moments d'existence : une femme à la retraite qui écrit une nouvelle bouleversante, trouvant un talent insoupçonné dans l'envie qu'elle éprouve d'étonner le poète, son professeur à l'atelier d'écriture à qui elle offre dans ce texte un moment caché de sa vie (''Adelaida et le poète''). Un homme parti en Angola qui balance entre sa maîtresse en Angola et sa femme restée à Cuba (''Les Limites de l'amour''), un Cubain qui désire à tout prix demeurer en Italie et rêve de voir Venise (''Destin(nation) : Milan-Venise (via Vérone)'').

On retrouve la tendresse de Leonardo Padura pour les petits, les maltraités de la vie, les malheureux de ce monde. Ses héros ne sont pas révoltés mais résignés et affrontent avec un courage humble les aspérités de leur existence.

Journaliste, né en 1955, cubain ayant décidé de rester dans son pays, scénariste pour le cinéma, Leonardo Padura n'est devenu romancier qu'au début des années 1990 (nombre des nouvelles du recueil sont antérieures) et a rencontré le succès avec sa série de romans policiers Les Quatre saisons (Passé parfait, Vent de Carême, Électre à la Havane et Automne à Cuba, 1991-1999), et le très beau Les Brumes du passé (éd. Métailié, 2006). Découvert par les éditions Métailié, Leonardo Padura est une voix originale de la littérature sud-américaine dont on avait aussi beaucoup aimé le dernier roman, Les Hérétiques (2013).

Une mention spéciale pour la très belle couverture, photographie en noir et blanc d'une jeune femme à un bar, qui pourrait être Violeta del Rio ou Rafaela (''Sonatine pour Rafaela'') ou n'importe laquelle des héroïnes qui accompagnent les vies, les rêves et les regrets des personnages...

Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 16/06/2017 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)