L'actualité du livre
Pocheset Littérature  

Les Désaxés
de Christine Angot
Le Livre de Poche 2006 /  5.50 €- 36.03  ffr. / 155 pages
ISBN : 2-253-11287-9
FORMAT : 11x18 cm

Premire publication en aot 2004 (Stock).

Chabadaba… BOUM

Sujet cul dans un style identifiable, ce roman de Christine Angot dcline et ressasse un mal tre deux. Franois et Sylvie sont maris depuis des lustres, parents de deux enfants trop vite grandis, et jouent indfiniment le mme drame : incomprhension, crise et rconciliation avant la prochaine bourrasque. Et caetera et ad vitam. Ils travaillent tous deux dans le monde parisien du cinma. Sylvie est maniaco-dpressive, Franois, cinaste dchu sinon rat, juste chroniquement dprim.

Histoire banale dun amour impossible mais liant pourtant deux mes faites lune pour lautre. Rien ny fait : ni les week-ends improviss, ni les moments de pause, les valises mille fois faites et dfaites. Sylvie et Franois jouent la Guerre froide : guerre impossible, paix improbable, une histoire damour retrousse, montrant du doigt ce quest la vraie vie, rebours des fantasmes technicolors de limagerie populaire. Sur la vie deux, tout le monde mentait. Les films et les livres aussi. (p.103)

Et le roman, anti-romantique, den devenir anti-romanesque, ce qui est plus fcheux. Car il y a un excs dans le ralisme appliqu de Christine Angot. La structure du roman est mcanique, enchanant les cycles o le couple se pige, comme dans la vraie vie sans doute, mais aussi dans la prcipitation dun roman de 200 pages, do cette impression nauseuse dans la rptition, dgot certainement vis par lauteur mais qui conduira peut-tre son lecteur interrompre sa lecture ou, au contraire, la prcipiter aussi, le plaisir mort, pour en finir

Christine Angot aime en effet la vrit qui heurte, comme lont montr ces prcdentes uvres. De lacide du malaise nat sa cration littraire avec une volont farouche dcrire sans fioritures, dans toute la brutalit de phrases nues, dune syntaxe malmene par un mlange de phrases crites et de propos parls. Ici, pas de mtaphore, de dtours littraires, ni la respiration proustienne de phrases dlicieusement alambiques : Christine Angot tient la plume comme un archet, visant simplement la cible et tirant juste, droit. Ce qui renforce le malaise, tout comme lvocation dlments trs quotidiens : quelques figures dacteurs ou de ralisateurs aisment identifiables, de moments dactualit encore frais (la guerre en Irak, laffaire Trintignant). Or le quotidien lui-mme est anti-romanesque, ce sur quoi joue lauteur. A tel point dailleurs quelle refuse le procd littraire visant noircir une ralit dj terne. Christine Angot ncrit pas dans le but de montrer le sordide dans toute sa laideur, mais en le montrant tout simplement, brut, dans un livre crit vite et lire vite ou pas.

Bruno Portesi
( Mis en ligne le 15/02/2006 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)