L'actualité du livre
Pocheset Littérature  

En marge - Mémoires
de Jim Harrison
10/18 - Domaine étranger 2004 /  9.30 €- 60.92  ffr. / 465 pages
ISBN : 2-264-03919-1
FORMAT : 11x18 cm

La densité de l'enfance

Des crivains contemporains amricains, Jim Harrison est l'un des plus connus en France, en raison de son amour pour la France, mais aussi du film Lgendes d'automne. Auteur d'une uvre abondante dite en France chez Christian Bourgois, et traduite par Brice Matthieussent, Jim Harrison donne ici une autobiographie chaleureuse et mouvante.

Comment un enfant de famille pauvre et travailleuse n en 1937 dans le Michigan, devient un auteur reconnu, l'issue d'un parcours chaotique qui l'a conduit exercer des emplois divers, dont travailleur sur des chantiers, vendeur chez un grossiste de livres, universitaire - collgue entre autres de Philip Roth, avant de pouvoir se consacrer la seule criture. Jim Harrison a intitul son texte Off to the side. Memoir, traduit ici par En marge. L'auteur en effet se pose "en marge", dfinitivement et depuis toujours : en marge des autres enfants en raison d'un accident (une bataille avec une petite fille) qui lui fit perdre son il gauche l'ge de sept ans, en marge de l'cole pour incompatibilit d'humeur, dit-il, en marge de l'universit qu'il ne rejoint que pour mieux la quitter... Ce marginal est pourtant le compagnon heureux de la mme pouse, Linda, depuis 45 ans, et pre ; en marge, il est aussi au cur des choses : au cur de la posie dont il a dcid adolescent qu'elle serait la passion et l'occupation de sa vie ; au cur de sa famille, grands parents, parents, fratrie : il ne s'est jamais remis de la mort de son pre et de sa sur tus par un chauffard alcoolique, alors que lui, Jim, les avait retards au moment de leur dpart, concidence tragique et banalit des accidents ; au cur, enfin, de la nature o il puise le rconfort.

Dans ce livre foisonnant, jamais marqu par l'enfance, maill de citations qui s'y rattachent (Rilke : "Qu'est ce que le destin sinon la densit de l'enfance?" - p.110 / Wordsworth : l'enfant est le pre de l'homme" - p.236), Jim Harrison nous fait partager son apptit glouton de vivre ; il manifeste une immense nergie vitale qui ne demande qu' s'investir dans tous les domaines : les spectacles de strip-tease, la chasse dont il est un dfenseur fervent, l'amour qu'il prouve pour ses chiens. Mais aussi la gastronomie (il a crit en 2002 Les Aventures d'un gourmand) force de grands bordeaux, de beaux ross de Provence tout comme la "bouffe" plus triviale, hots dogs et packs de bire bon march, whisky mdiocre, ou "gallo" (un bourgogne mdiocre vendu en Amrique, donnant l'occasion de beuveries solitaires ou entre amis).

On retrouve la mme gloutonnerie pour la lecture. Depuis l'enfance dans une famille qui aimait les livres et le langage, et ignorait la tlvision (le grand pre sudois l'avait relgue dans une cabane), il lit : Joyce, les potes symbolistes franais, Rimbaud, Keats, Walt Whitman, Faulkner, Strindber, liste non exhaustive, loin s'en faut ! Toute littrature, amricaine ou autre, l'intresse. Partout, tout le temps, il dit et redit son plaisir des livres, de la lecture, des bibliothques et des librairies accueillantes aux jeunes gens fauchs qui peuvent lire des heures gratuitement. Il a ainsi dvor, debout, Lolita de Nabokov.

crivain rsolument de l'ouest (suivant la partition des crivains amricains en deux camps irrductibles : ceux de la cte Est et les crivains de l'Ouest et du Sud), Jim Harrison est l'homme des grands espaces, du Nebraska amricain au Massif central franais dont il parle avec motion et justesse.
Homme de gauche, marqu par une enfance la limite du seuil de la pauvret dans l'Amrique de la Seconde Guerre mondiale, il reste fidle ses ides. De la mme faon il prne le respect pour les indiens (autochtones) et autre minorits. Il sait, pour l'avoir vcu personnellement, que la socit amricaine est une socit de classes. Il manifeste une intolrance absolue par le politiquement correct qu' il dnonce avec verve. De son enfance calviniste, il a aussi conserv deux habitudes : l'obsession (selon ses termes) de la ponctualit et la lecture de la Bible.

Harrison est donc un homme tonnant, qui se trouve souvent l o on ne l'attend pas, indisciplin et rigoureux, remontant dans le dsordre le cours de sa vie, avec des pages dsopilantes de drlerie (par exemple son premier emploi estival ou encore son attrait prcoce et jamais dmenti durant son adolescence pour le sexe, ou la description de la vie du dpartement d'anglais de l'universit de Stony Brook), d'autres mouvantes de tristesse retenue (la mort des siens, ses dpressions chroniques), ou d'motion (son amour pour sa femme) ; des pages d'anthologie de la civilisation amricaine sur la pche et la chasse, les grands espaces, New York. Il nous replonge dans l'atmosphre des annes 50 et 60, depuis une enfance rurale dans l'Amrique profonde, et la jeunesse dans les campus universitaires sur la cte est. Intellectuel sans aucun doute, il connat aussi pour l'avoir exerc par ncessit la duret du travail manuel.

On ne s'ennuie pas un instant le suivre ici dans une lecture tonique et ludique, qui peut aussi tre l'occasion de revenir ses romans ou de les dcouvrir.

Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 13/09/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)