L'actualité du livre
Pocheset Littérature  

Le Fait du prince
de Amélie Nothomb
Le Livre de Poche 2010 /  6 €- 39.3  ffr. / 144 pages
ISBN : 978-2-253-12952-3
FORMAT : 11cm x 18cm

Premire publication en aot 2008 (Albin Michel)

Trinquons encore avec Amélie N.

Une rentre littraire sans Amlie Nothomb, cest un peu comme un Nol sans arbre. Lauteur et son diteur le savent qui, chaque t au mois daot, proposent le nouveau cru, comme un Beaujolais littraire, obligatoire rendez-vous dont on apprcie la qualit tout en sautorisant quelques critiques, parfois infondes, pour des discussion entre amis. Car confondre la qualit dun romancier avec ses chiffres de vente, dans un rapport inversement proportionnel, est un sport trs franais qui, certes, vise souvent juste (cf. les Musso, Lvy, Werber et assimils) mais peut aussi quelquefois se tromper. Tel est le cas dAmlie N., crivain gnial, aux uvres goteuses et sans prtention, au style apprciable et quasi dpos une vraie marque de fabrique, difficile imiter et aux royalties offrant le flanc de lauteur quelques critiques un brin jalouses et snobinardes

Le Fait du prince, aujourd'hui en poche, est un bon cru. Sans crier au chef duvre, on a l lhistoire saisissante et rondement mene dun sudois dadoption, ou plutt par fraude. Parce quun homme dorigine scandinave, Olaf Sildur, a eu la bonne ide de seffondrer mort dans son salon, en appelant, soi-disant, son garagiste pour dpanner sa jaguar, Baptiste Bordave, hte malgr lui, se transforme en usurpateur. Il a la mme carrure quOlaf et vit seul, de sorte que personne ne sinquitera de sa disparition : il laisse donc le viking gsir sur son sofa ; on prendra un jour son corps pour le sien ; lui jaguar, villa versaillaise et train de vie aristocrate ! Je voulais vivre grandes enjambes, mexalter dexister. Rien de tel que dadopter lidentit dun inconnu pour connatre livresse du large.

Baptiste/Olaf se retrouve donc dans la coquette maisonne du dfunt Olaf tout court, dont la femme, pas une seconde perturbe, le prend pour lami attendu de son poux et laccueille bras ouverts. Il la baptise Sigrid et descend avec elle quelques Veuves Cliquot (a simpose !) que la matresse de maison conserve amoureusement dans une piscine glace, au sous-sol. Alcoolisme et farniente occupent ses jours, sous le regard dun matou lui aussi imperturbable. Ce qui nempche pas Baptiste de chercher comprendre qui tait vraiment Olaf

Comment souvent avec Mlle. Nothomb, le roman est court et se lit dune traite, toujours un sourire aux lvres ; ptillant, dor et gourmand, comme une coupe dun bon champagne !

Bruno Portesi
( Mis en ligne le 19/05/2010 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)