L'actualité du livre
Pocheset Littérature  

Encore un jour sans massacre - Journal d'un lycéen misanthrope
de Théo Diricq
Pocket - Nouvelles voix 2010 /  5 €- 32.75  ffr. / 96 pages
ISBN : 978-2-266-19425-9
FORMAT : 11cmx18cm

Premire publication en aot 2008.

L'auteur du compte rendu : Essayiste, romancier, Jean-Laurent Glmin est titulaire dun troisime cycle en littrature franaise. Ayant travaill notamment sur les sulfureux Maurice Sachs et Henry de Montherlant, il se consacre aujourdhui lcriture de carnets et de romans. Il na pas publi entre autres Fou dHlne, LImprsent, Fleur rouge, Chair Obscure, Continuer le silence.


Jeu de massacre

Il fallait penser mettre sous le mme angle la rentre littraire avec la rentre scolaire. Cest ce qua fait le jeune Tho Diricq en aot 2008 dans ce roman crit sous forme de journal intime (aujourd'hui en format poche). De septembre juin, nous suivrons donc le parcours la fois banal et riche en vnements dun lycen quelque peu misanthrope, cynique et autant critique sur son cole que sur la socit de consommation dans laquelle il doit voluer au quotidien.

Artus est une sorte dcrivain-lycen qui observe bien plus quil nagit; ce qui lui permet de relater dans son journal tous les menus faits quotidiens de sa classe de seconde, compose comme toutes les classes de lyce dun certain nombre de figures archtypales: il y a le fayot, la bimbo, la suicidaire, le rival, le beau gosse, llve srieuse, lintello, le misanthrope asocial et la masse indiffrente qui fait acte de prsence. En neuf mois, lami Artus va tomber amoureux, puis se faire quitter, mpriser les siens, se rconcilier avec certains mais il va surtout mettre un avis trs critique sur ses camarades, ses professeurs, et plus gnralement sur le systme ducatif et libral quil doit supporter depuis sa prime enfance.

Dans un style renvoyant directement lge du jeune homme, cest--dire la plupart du temps oral et populaire, le propos est la fois mchant, volontairement subversif, provocateur et cynique. Le suicide dune camarade de classe, sil provoque la consternation de la classe, nest quun dtail de plus noter pour lui, la disparition de la jeune fille faisant finalement partie du jeu de massacre auquel il sadonne depuis le dbut du journal. Artus est un provocateur frustr et mal dans sa peau, et lcriture lui donne un second souffle, une chappatoire qui lui permet la fois de se connatre et dagir diffremment sur la ralit quil trouve basse, dcevante et triviale.

Artus est donc un lycen lucide et cest ainsi quil ironise sur lui-mme (en fait, cest plutt un looser attachant, devenant lui-mme larchtype du faux mchant mal aim) ; il nest finalement pas sans sentiment pour les siens. Il samourache de Lola et partagera avec elle les moments prcieux dune premire relation physique jusqu ce que la jeune fille se spare de lui, convaincue de sa trop grande diffrence

Encore un jour sans massacre est un roman assez bien construit, malgr les maladresses invitables dun premier livre crit par un tout jeune homme (17 ans au moment de la rdaction). Son titre loquent fait rfrence la triste clbre fusillade du lyce de Colombine en 1999, qui hante d'une certaine faon tout le rcit. La solitude, la modernit, la clbrit factice, largent, la sexualit, la violence et le pouvoir facile obsdent ces jeunes esprits, et si Artus est assez intelligent pour ne pas sombrer dans lhorreur, la pirouette finale, bien videmment ironique et teinte de distance, dresse un portrait intressant de ce monde lycen perturbant et perturb. Jai pens reporter mes nobles intentions dans lhypermarch le plus proche. Tuer des mnagres nest pas aussi jouissif quexcuter des lycens, mais a permet quand mme de se soulager et dentrer dans lhistoire. () Je suis donc rentr chez moi la tte basse et je me suis content de brler les photos de ceux qui auraient d mourir, dans une pitoyable mise en scne.

Encore un jour sans massacre, car chaque jour est un massacre indicible, semble nous faire comprendre le jeune homme travers lcriture. Un massacre fait de silences, de renvois dans une solitude terrible ou dans une frustration de chaque jour. Lcrivain est celui qui massacre sans tuer, qui fusille dune plume juste et parfois mchante les bassesses des uns et des autres, se confondant lui aussi dans cette paralysie sociale inluctable. Une tuerie sans une goutte de sang, cest aussi cela lesprit littraire. Et un bel hommage nos lycens, trop souvent oublis.

Jean-Laurent Glémin
( Mis en ligne le 20/07/2010 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)