L'actualité du livre
Pocheset Essais & documents  

Chirac, l’homme qui ne s’aimait pas
de Eric Zemmour
Le Livre de Poche 2002 /  5 €- 32.75  ffr. / 279 pages
ISBN : 2-253-15397-4

Au gré des circonstances

Livre la fois tonnant et passionnant que celui d’Eric Zemmour, qui sort des canons traditionnels de la biographie politique pour s’interroger sur les ressorts psychologiques de l’action de Jacques Chirac depuis son entre en politique.

Autour de quelques dates charnires des parcours politique et personnel du chef de l’Etat (mais les deux vies se dissocient-elles ? se demande l’auteur), l’on dcouvre un Jaques Chirac entr en politique comme on entrait en religion au XVIIIme sicle : sans conviction. Ou plutt un Chirac d’un ternel et dsopilant pragmatisme, prt s’adapter tout et tous, au gr des circonstances.

Qu’il s’agisse du gaullisme, dont il se moque comme d’une guigne (tout au plus est-il un moment pompidolien), de l’U.D.R. ou du R.P.R., qu’il transforme en redoutables machines lectorales, en mme temps qu’il en vide, sciemment, la substance idologique, de la Corrze, qu’il adopte comme il aurait pu adopter une circonscription alsacienne ou bretonne, de l’Europe, qu’il fustige ou promeut tour tour, de l’immigration, se faisant, l encore au gr des humeurs nationales, chantre d’une France multiculturelle ou aptre d’un strict droit du sol, Jacques Chirac volue et louvoie. L’homme n’a pas de convictions, plutt des tocades dont il s’entiche au gr des influences et des situations, pour atteindre au but ultime : l’Elyse.

On ne dcouvre finalement qu’une constante dans la vie politique de Jacques Chirac, une haine tenace : celle de l’extrme-droite. D’autant plus tonnante, nous confie Eric Zemmour, qu’elle ne repose, au-del des ides, dont Jacques Chirac se moque de toutes les faons, sur aucun lment rationnel. Haine tenace sans doute, mais pas inexpiable, puisque, et c’est l’une des rvlations de ce livre, le candidat Chirac version 1988 courtise les suffrages lepnistes pour son lection. En vain. Jusqu’ ce jour de 1995, o un Chirac, aux parements idologiques plus atypiques que jamais, accde enfin l’Elyse. Rve d’une vie enfin assouvi ? En tous les cas, achvement d’un parcours personnel, dsenchant et terriblement individualiste, nous livre Eric Zemmour.

Conscration pour l’homme, terrible dsillusion pour tous les autres, ces fidles de la premire heure. Que l’on ne s’y trompe pas : non pas dsillusion quant des reniements idologiques car, parmi ceux qui accompagnent Jacques Chirac depuis son entre en politique, personne n’est dupe de la vacuit idologique du chef de l’Etat, mais dsillusions d’hommes, de faux, de barons ou d’minences grises abandonns tour tour peu peu.

C’est l’un des grands enseignements de l’ouvrage d’Eric Zemmour ; il tient en une image : celle du cheval, fougueux, insatiable, mais finalement peu sr de lui, Jacques Chirac, perptuellement mont et guid par ses minences grises, qu’elles soient pygmalions, gries ou hommes de main, ces Juillet, Garaud, un Pasqua et ses suppltifs corses, ces Balladur ou Jupp, et tant d’autres, oublis ou mconnus. Mais attention, nous met en garde Eric Zemmour, un cheval de race qui sait dsaronner ses cavaliers, sans le moindre tat d’me, au moment o ceux-l mme pensaient avoir les rnes bien en main, abuss qu’ils taient de la sympathie de l’animal. Car si Jacques Chirac a des compagnons de lutte, il n’a pas d’amis. Mais, comme des ides, L’homme qui ne s’aimait pas s’en moque...

Alexis Vialle
( Mis en ligne le 18/01/2003 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)