L'actualité du livre
Pocheset Histoire  

Malaparte, Vies et légendes - Edition revue et augmentée
de Maurizo Serra
Grasset 2012 /  12 €- 78.6  ffr. / 812 pages
ISBN : 978-2-262-03753-6
FORMAT : 11cm x 18cm

Premire publication en fvrier 2011 (Grasset)

Relire et comprendre Malaparte

Curzio Suckert: trange nom, italo-allemand, identit, ltat-civil, dun crivain, essayiste et mmorialiste, un peu oubli depuis quelques dcennies, qui, sous le nom de Malaparte connut de lentre-deux guerres aux annes soixante/soixante-dix la gloire littraire dans son pays et ltranger, o il fut beaucoup traduit, discut et comment. Cet oubli posthume de Malaparte (1898-1957) ne doit rien au hasard: celui qui avait choisi avec assurance, par dfi et avec un sens publicitaire remarquable, dtre lautre de Bonaparte, ou son antithse, au vingtime sicle, en Italie et dans le monde, avait trop cultiv la provocation, la libert de ton, linsolence, pour que sa mauvaise part assume avec coquetterie ne se retournt pas contre lui. Lapologie provocante du coup dEtat, ses liens avrs notamment avec le fascisme, ses reportages de guerre du ct de lAxe, terriblement vivants mais semblant trahir une fascination morbide pour la violence, son admiration pour le bolchvisme, Lnine et un flirt avec le PCI, sans avoir jamais clairement fait amende honorable ni ralli clairement le camp de la dmocratie, tout cela faisait et fait encore de Malaparte un auteur sulfureux. Aprs avoir tonn et attir, choqu aussi, lcrivain a sans doute agac, avant de quitter peu peu la scne littraire. Dat? Poseur? Malsain? Fidlement dfendu par ses admirateurs, jamais compltement oubli du public cultiv, Malaparte subit son purgatoire littraire. Notre poque le redcouvrira-t-elle? Cest quoi semploie pour sa part Maurizio Serra.

Passionn par dautres destins italiens et europens de cette envergure et par la culture franaise (Marinetti, Malraux, Drieu), rappelant le succs de son hros dans notre pays, le biographe (un diplomate-crivain de lUNESCO) offre dans notre langue et destination spciale du public francophone sa vision du cas Malaparte. Bien crite et renseigne (quoiquun peu longue parfois), informe du dbat des spcialistes, cette biographie mrite lattention par sa richesse et la qualit de sa rflexion; elle donne aussi une ide assez cohrente du personnage. Si on devait rsumer le propos, on pourrait dire que selon Serra, Malaparte fut une figure haute en couleurs, un personnage, fort soucieux de son image et de sa gloire, et dont la vie ne se rduisit pas celle dun crivain, mme si la littrature en fut le centre et le tremplin.

Vies et lgendes: le sous-titre indique assez quil sagit de saisir, par-del les lgendes, noires ou hagiographiques, la ralit des vies de Malaparte. La position de Serra se veut donc loyalement historico-critique. Confiant son admiration lgard de son sujet, le biographe ne cache pas non plus sa distance par rapport lui, comme par rapport sa famille et ses inconditionnels, trop zls dfenseurs dune mmoire fidle aux crits et la parole du maestro. Pour Serra, sil y a de la grandeur, bien des talents et un certain gnie mme chez Malaparte, il y a aussi un norme Ego, qui, force de forger sa lgende et dexagrer potiquement la ralit, prsente des aspects histrioniques! Sans compter que rcrivant lhistoire ou la rinterprtant au gr de ses intrts successifs et de sa gloire, Malaparte ne tmoigne pas toujours du courage et de linsolence quil affecte de possder au suprme degr. Bref, en courtois dsaccord avec la famille et les diteurs, Serra refuse lidalisation de Malaparte, dailleurs prpare par lauto-promotion de ce dernier. On comprend lintrt de Serra pour dautres cas de ce genre: sans remonter Rousseau et Chateaubriand, les exemples ne manquent pas duvres servant dlibrment de statues leurs auteurs, et o de plus lexaltation de sa propre vie daventurier, tmoin et penseur de son temps fait clairement partie du projet de lcrivain (on se permet cependant dmettre des doutes sur le rapprochement dplac avec le cas de BHL).

Cela nous ramne aux noms, reu ou choisi, qui disent dj lambigut dun personnage fuyant mais gocentrique, travaill par des origines multiples et le dsir de sinventer. Italien mal laise dans un pays congnitalement faible (malgr le Risorgimento), qui tantt soutient le fascisme tantt se veut avant tout Toscan, cultive sa gloire en France (avec laide de Grassetqui est diteur orignal de cette biographie dsormais disponible en format de poche), et malgr ses origines germaniques, pourtant mobilisables pour un loge de lEtat, du combattant disciplin et viril ainsi que de la force dme, valeurs vitalistes et nietzschennes prsentes chez notre homme, naura jamais beaucoup de sympathie et affinits pour lAllemagne. Fasciste? Plus quil ne la reconnu, surtout aprs 1945, allant jusqu se prsenter en victime, mais une constante de Malaparte en politique est son antipathie pour Hitler et le nazisme raciste. Et protg de Mussolini dont Serra rappelle honntement quil ntait pas le diable et pouvait sduire un esprit comme celui de Malaparte par son nergie et son sens de laction comme par son sens de la mise en scne et du verbe. Dsintress, hroque? Serra montre les cts bourgeois et mondains de Malaparte, parfois fort coquet. Viril, grand sducteur? Ni rotomane, ni si hdoniste que a. Sportif? Oui, mais pas forcment passionn par ce quon pourrait attendre dun vitaliste dans les annes vingt.

Paradoxe apparent: ce vitaliste fascisant, fascin par la dcision, la force et la violence, se montre plein de compassion par moment pour les faibles! Mais Serra retrouve la cohrence de celui qui ne put se rsoudre se convertir au christianisme, malgr les instances du clerg catholique! La part maudite en ces temps de Malaparte, cest quil reste jusquau bout fidle ce qui a fait son engagement fasciste de jeunesse(refusant finalement ladhsion au PCI): incroyant devant lgalitarisme, vite agac par lapitoiement sur les faibles qui selon lui se complaisent dans leur impuissance, il nest respectueux que de ladversaire radical et loyal et des vaincus qui ont os se battre. Mme si Serra est parfois un peu trop ''politically correct'' cet gard et vaguement moralisant (ce qui nintresse personne), le ton est assez loyal cet gard.

Serra montre bien surtout ce qui mrite de nous retenir encore chez Malaparte: ce sens potique du tmoignage frappant et de limage forte, cette capacit intuitive de saisie devant la situation emblmatique et de lanecdote parlante (quil arrange certes parfois un peu pour les besoins de la cause). Lrudit, lhistorien scrupuleux trouvent certes dans certaines pages clbres de Kaputt ou de La Peau des assertions douteuses, mais lanalyse peut y reconnatre des exagrations finalement justifies: si non e vero, bene trovato comme dit la langue! Cest la grande cruaut du sicle et lillusion dune fin pacifique et rconcilie de lhistoire autour des droits de lHomme. Cest aussi le dclin de lEurope, entre les nouveaux Grands dune nouvelle re de lHistoire: aprs avoir admir, inquiet, lURSS, la fin de sa vie, Malaparte sintresse Maoet la Chine communiste!

Signalons pour finir qua reparu rcemment de lcrivain Monsieur Camlon. Ambigu pamphlet anti-fasciste, qui fera plonger le lecteur au cur des quivoques et du style brillant dun auteur redcouvrir.

Nicolas Plagne
( Mis en ligne le 25/09/2012 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)