L'actualité du livre
Pocheset Histoire  

La Double mort du roi Louis XIII
de Françoise Hildesheimer
Flammarion - Au fil de l'histoire 2011 /  9 €- 58.95  ffr. / 422 pages
ISBN : 978-2-08-126558-5
FORMAT : 11cmx18cm

Première publication en novembre 2007 (Flammarion)

L'auteur du compte rendu : Matthieu Lahaye est professeur agrégé et poursuit une thèse consacrée au fils de Louis XIV sous la direction du professeur Joël Cornette à l'université Paris VIII.

Françoise Hildesheimer collabore à Parutions.com.


Louis XIII : roi politique ?

Louis XIII : roi politique ? C'est en substance la question à laquelle essaye de répondre Françoise Hildesheimer dans ce livre, aussi bien écrit que documenté. Jusque-là, la tradition historique jugeait sévèrement l'inconsistance de Louis XIII, à l'aune de l'intelligence politique de son premier ministre, le cardinal de Richelieu (1585-1642). Éminente spécialiste du cardinal ministre, l'auteur relativise ce point de vue et, pour mieux nous en convaincre, se focalise sur la période qui suit la mort de Richelieu, le 4 décembre 1642.

À la fin de l'année 1642, la situation politique est des plus délicates pour Louis XIII. Affaibli par la maladie, sans beaucoup de goût pour le détail des affaires même s'il est assidu au Conseil, en froid avec son frère Gaston, éloigné de la reine Anne d'Autriche, le roi doit pourtant se résoudre à préparer une régence devenue inéluctable compte tenu de l'âge de son fils aîné : quatre ans en septembre 1642.

Écartelé entre son désir de vivre en simple particulier et son devoir de roi, à demi dépressif, Louis XIII réaffirme, en ce moment troublé, les grandes orientations politiques de son règne. Héritées de son père Henri IV, portées par Richelieu qu'il croyait le seul capable de les soutenir, le roi continue à souhaiter à l'intérieur la consolidation des pouvoirs du monarque contre les Grands et les Parlements et à l'extérieur une politique de grandeur. Il poursuit, contre l'avis de sa femme et des dévots, la guerre contre l'Espagne.

À l'aide d'un épais dossier de sources publiées à la fin de son ouvrage et commentées avec finesse, Françoise Hildesheimer souligne combien cette période de transition est propice aux ambitions et aux intrigues de toutes sortes. Menant un jeu complexe, le principal collaborateur de Richelieu, Mazarin (1602-1661), joue, avec un art consommé de diplomate italien, les équilibristes entre les coteries de la cour.

Chausse-trappe, double-jeu, dissimulations sont les recettes qui vont propulser l'Italien au côté de la régente Anne d'Autriche. Créature de Richelieu, il réussit ainsi le tour de force de s'imposer à ceux qui le détestent le plus, notamment la Reine. L'auteur émet l'hypothèse que Louis XIII l'aurait exigé de sa femme sur son lit de mort. Les sources restent muettes, mais la présence de Mazarin permet de neutraliser politiquement la souveraine et de garantir la poursuite de la politique royale.

Jeu du hasard ou coup de dupe magistral, Louis XIII, qui meurt dans l'indifférence générale le 14 mai 1643, avait réussi par-delà sa mort et grâce au très ambitieux cardinal Mazarin à engager l'avenir et à arrêter les lignes de forces du règne suivant.

Matthieu Lahaye
( Mis en ligne le 06/09/2011 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)