L'actualité du livre
Pocheset Policier & suspense  

Double piège
de Harlan Coben
Pocket - Thriller 2018 /  7,90 €- 51.75  ffr. / 432 pages
ISBN : 978-2-266-28550-6
FORMAT : 11,0 cm × 18,0 cm

Première publication française en octobre 2017 (Belfond)

Roxane Azimi (Traducteur)


''La mort te colle aux basques''

Double piège est le dix-huitième roman de Harlan Coben paru chez Belfond (depuis 2002), aujourd'hui en poche chez Pocket. Autant dire que le romancier est prolifique et ses livres rencontrent toujours le même succès. Auteur de romans noirs, Harlan Coben joue souvent sur le thème de la disparition/réapparition d’un personnage. Ce titre n’échappe pas à la règle… Avec un art consommé du récit policier, Harlan Coben entraîne le lecteur dans des chemins que celui-ci croit connaître, pour mieux le perdre et le surprendre : tout est possible jusqu’au point final du roman…

Maya Stern a mené une carrière brillante comme pilote d’hélicoptère lors de la guerre d’Irak, avant d’être contrainte à la démission à la suite d’un fiasco dont elle était responsable. Épouse d’un riche héritier, Joe Burkett, mère de la petite Lily, elle est revenue malgré elle à une vie civile qu’elle n’apprécie guère.

Le roman commence alors que Maya assiste à l’enterrement de son mari, assassiné dans Central Park, un soir où ils s’étaient donné rendez-vous. Harlan Coben suit l’enquête policière, mais surtout les états d’âme de Maya, toujours en proie aux cauchemars qui l’assaillent depuis la guerre, qui réapprend à vivre, dans une famille décimée par le malheur. Sa soeur, Claire, a été assassinée quelque temps plus tôt sans que l’assassin ait été retrouvé. Son beau-frère, Eddie, lui interdit d’approcher ses enfants : «La mort te colle aux basques, Maya».

Harlan Coben tisse avec son habileté coutumière une intrigue complexe, en trompe-l’œil, sur fond d’histoire récente, avec un personnage central, Maya, forte et déterminée. Pour autant, est-elle lucide ou prise dans un jeu d’illusions, hantée par des hallucinations ? Autour d’elle, des personnages secondaires attachants (ou très antipathiques). En filigrane, une interrogation : qu’est-ce que la vérité ? Quels liens entretient-elle avec la réalité ? Qu’en est-il dans une société où les moyens d’observation sont multiples, et les réseaux sociaux puissants ?

Petit conseil : entrez dans le roman sans passer par la quatrième de couverture, qui, même si elle est brève, en dit toujours trop…

Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 05/12/2018 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)