L'actualité du livre
Pocheset Policier & suspense  

A froid
de Karin Slaughter
Le Livre de Poche 2007 /  6.95 €- 45.52  ffr. / 449 pages
ISBN : 2-253-11886-9
FORMAT : 11x18 cm

Première parution : Grasset (septembre 2005)

L’Amérique telle qu’elle est, en souffrance

Le campus universitaire de Grant County, géré par l’Etat de Géorgie, coincé entre deux prestigieuses universités de la Ivy league : le décor est planté. Y vivent des étudiants, des professeurs et des administrateurs, et parmi eux un ou plusieurs meurtriers.

Une jeune fille blonde, tout en santé et en «sportivité», comme il y en a tant dans les universités américaines, découvre sur le parcours de son jogging matinal le corps d’un étudiant, Andy Rosen. S’est-il suicidé en sautant d’un pont ? Sara Linton, médecin légiste, ex-femme du «préfet de police» (le shérif) Jeffrey Tolliver – ce dernier menant l’enquête –, n’a pas le temps d’examiner le corps : sa sœur, enceinte, est sauvagement poignardée et manque mourir. Puis s’enchaînent deux étranges suicides. Lena Adams, ancienne coéquipière du «chef» Tolliver, dont la sœur a été tuée l’année précédente et qui a elle-même été violemment agressée (cf. Mort aveugle, L.G.F., 2005), est désormais chargée de la sécurité sur le campus. Mais elle souffre des séquelles dues aux violences qu’elles à subies et elle n’arrive que difficilement à surmonter ses angoisses et ses névroses. La seule personne dont elle se rapproche alors, tout en établissant avec elle un rapport conflictuel, est un jeune homme violent, au passé douteux, qui devient vite le principal suspect…

Avec ce troisième roman, Karin Slaughter entre définitivement dans le petit groupe des écrivains de thrillers au succès planétaire. Mais elle n’a pas pour seuls mérites de bien écrire et de tenir en haleine son lecteur : elle peint par ailleurs avec beaucoup de talent, en toile de fond de l’intrigue, l’Amérique telle qu’elle est, en souffrance : aux tensions déjà bien connues des conflits raciaux et du machisme sous-jacent, Karin Slaugther ajoute celles d’une jeunesse sans espoir, celles d’institutions publiques aux budgets si faibles qu’elles se délitent, celles d’universités où le savoir se vend au plus offrant…

Rachel Lauthelier-Mourier
( Mis en ligne le 22/01/2007 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)