L'actualité du livre
Bande dessinéeet Historique  

Double Masque (tome 4) - Les Deux Sauterelles
de Jean Dufaux et Martin Jamar
Dargaud 2008 /  11.50 €- 75.33  ffr. / 52 pages
ISBN : 978-2-5050-0345-8
FORMAT : 22,5x30 cm

Adieu Bonaparte

De l’art de se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment… Après trois tomes passés à jouer à chat avec les nouveaux maîtres du Paris du Consulat (1799-1804) (le premier consul Bonaparte et le mystérieux chef de la pègre, la Fourmi), la Torpille – un petit escroc plus coriace qu’il n’y paraissait au premier album – aurait bien mérité un peu de tranquillité. Mais voilà, le coeur a ses raisons et pour venger une amie exécutée pour avoir assisté à un crime qui ne la concernait pas, la Torpille se retrouve dans le camp, douteux, d’un personnage bien dangereux, Fouché, de retour en grâce du fait de la floraison printanière des complots anti-bonapartistes. Car complot il y a, mené par un prêtre aux allures singulières, et un joli coeur introduit jusque dans l’intimité du futur empereur, avec une histoire de coeur dans l’air. Mais comme son surnom l’indique, la Torpille sait évoluer dans les eaux troubles…

L’intrigue imaginée par Dufaux s’écarte un peu de la ligne rouge formée par le couple des deux masques, pour fricoter avec les marges de l’histoire et du Consulat. Les complots monarchistes sont au coeur de ce nouvel album qui, sur la base historique de l’affaire Cadoudal, dévoile une machination qui va s’abattre sur l’un des maîtres du genre, le sinistre Fouché, redevenu chef de la police consulaire. Et dans le ballet formé par les comploteurs, la Torpille va, une fois de plus, jouer les trouble-fête, faisant de nouveau de Fouché son obligé. Illustré par le pinceau assez réaliste de Jamar qui, discrètement, caricature certains personnages sans jamais prêter à rire (après le Cambacérès très réussi du tome 3, ce Fouché bilieux et roué est une belle interprétation), ce nouvel album plaira aux amateurs de bande dessinée historique, en quête des bas-fonds d’un Paris exotique. On regrettera toutefois ce qui ajoutait au charme des albums précédents : quelques belles vues urbaines (quoique la Malmaison et son château soient assez dévoilés).

Quatrième et dernier tome de cette première saison consacrée au Consulat, ces « Deux sauterelles » s’achève sans que l’on en sache vraiment plus sur le mystère des masques. Si le lecteur, entraîné par les 3 premiers tomes, s’est pris, à la fin de « L’Archifou », à espérer en savoir plus sur la fourmi et l’abeille, c’est raté : rendez-vous sous l’Empire, une fois que la mue du citoyen premier consul sera achevée, en espérant que la Torpille survivra aux temps nouveaux… à suivre à la trace.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 20/01/2009 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)