L'actualité du livre
Bande dessinéeet Réaliste  

Nouvelles du monde invisible
de Jean-C. Denis
Futuropolis 2008 /  19 €- 124.45  ffr. / 168 pages
FORMAT : 18,5 x 26,5 cm

Considérations olfactives

La couverture pourrait faire penser quelque histoire diabolique, faon Adle Blanc-Sec l'poque du Noy deux ttes, mais il n'en est rien. Les "tentacules" qui se promnent en frontispice de cet album sont en fait des effluves, et ce "monde invisible" dont JC Denis nous donne des nouvelles est celui des odeurs, des parfums, "difficiles saisir mais capables de convoquer parfois de trs vivants souvenirs".

Tout le thme de ces dix nouvelles est l, et pour donner l'odorat la place de choix qu'il mrite parmi nos cinq sens, JC Denis n'hsite pas donner de sa personne, puisque c'est lui-mme qu'il met en scne tout au long de ces pages. Mais n'allez pas imaginer une nouvelle auto-fiction en bande dessine : Denis n'est ici ni plus ni moins qu'un personnage au service du thme qu'il a choisi de traiter. Comme pour mieux souligner l'importance qu'il accorde l'odorat, l'auteur a choisi un traitement particulier de la couleur, une sorte de bichromie la fois discrte et lgante. Toutes les planches sont dans ces teintes de bleu et de jaune ples, de densit varie, que l'on peut voir sur la couverture.

Ces dix nouvelles peuvent se lire sparment, mais un fil conducteur les lie cependant et justifie qu'on les lise dans l'ordre o elles nous sont proposes. Dans la premire nouvelle, JC Denis croise une femme qui porte un parfum qu'il a bien connu dans son adolescence : L'Air du Temps, de Nina Ricci. Ces effluves le ramnent en un instant un amour de jeunesse, puis il se met disserter sur son sens de l'odorat soi-disant plus dvelopp que la moyenne. Pour preuve, il se remmore certains pisodes de sa vie o les odeurs ont jou un rle bien particulier. Et c'est ainsi que JC Denis nous entrane, de nouvelle en nouvelle, au sein d'un monde la fois subjectif et universel.

Au dbut de la lecture, on craint lgrement d'avoir affaire une compilation de souvenirs anecdotiques, un peu banals, mais JC Denis parvient nous charmer une fois de plus par la distance lgante, ou l'lgance distante, qu'il distille chaque album dans ses rcits. Les chutes de ses nouvelles sont toujours soignes, et peu peu, quelques bonnes trouvailles de mises en scne aidant (comme ce papillon plongeant les mains jointes dans un verre de ros), on se surprend afficher un petit sourire permanent en tournant les pages.

Cet agrable moment de bande dessine est prolong par un texte de l'auteur, d'une vingtaine de pages sur l'odorat, la place que tiennent les odeurs dans nos vies de tous les jours, et la manire dont nos socits modernes tendent s'en emparer pour en faire des "produits" comme les autres. Il faut croire que ce thme lui tient vritablement coeur !

Anne Bleuzen
( Mis en ligne le 08/12/2008 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)