L'actualité du livre
Bande dessinéeet Comics  

Lobster Johnson (tome 1) - Le Prométhée de fer
de Mike Mignola et Jason Armstrong
Delcourt - Contrebande 2013 /  15.50 €- 101.53  ffr. / 160 pages
ISBN : 978-2-7560-3969-5
FORMAT : 17,3x16,4 cm

Couleurs: Dave Stewart

Homard à l’américaine

Delcourt continue son travail de traduction et de publication des uvres de la sphre Mignola. A ct de Hellboy, son personnage ftiche et rfrence indtrnable du comics, lauteur amricain a en effet dvelopp dautres projets parallles comme B.P.R.D., autre srie culte, Abe Sapien et ce rcent (2008) Lobster Johnson donc. Ce personnage de justicier mystrieux a fait une apparition dans un pisode emblmatique de Hellboy, Le Ver Conqurant, puis a t le hros de quelques courts rcits avant de prtendre devenir hros de sa propre srie.
Ce Lobster Johnson est un hros masqu aux mthodes parfois expditives, sorte de Shadow, Spirit et Batman runis ; coiff dune cagoule en cuir et de grosses lunettes, il marque de son sigle la pince ses malheureuses victimes. uvrant la fin des annes 30, cest un hros totalement inspir de la littrature pulp et des premiers comics. Ses ennemis sont en priorit les nazis et les gangsters qui fragilisent le monde libre. Cest cet esprit rtro comme dans les aventures du Rocketeer galement traduites par Delcourt, ou dans les planches de The Escapist qui tient le fil de ce premier volume avec quelques encarts amusants sur la vritable histoire du homard : Mignola imagine les premiers pas de son hros, ses aventures radiophoniques, ses comics, ses adaptations faon Lucha Libre Les frontires entre comics, lgende et ralit sont mmes volontairement brouilles lorsque lexistence du hros est remise en question, certains ne voyant en lui quun hros imaginaire.

Quant au rcit proprement dit, ce Promthe de fer , cest une histoire qui tient toutes ses promesses : il y a l aussi une inspiration trs pulp, avec ses gros monstres (des singes sanguinaires), ses gros flingues, et ses inventions scientifiques qui tournent mal. Lensemble est trs dynamique, un peu fouillis parfois, mais les amateurs daction seront servis. Le ct cartoon du dessin de Jason Armstrong est bien servi et colle videmment mieux au ct serial feuilletonesque de lensemble que le dessin plus sombre de Mignola.

On note galement, comme toujours chez Mignola, un attrait pour le fantastique potique, lorsque toutes les barrires du rationnel disparaissent et que le champ libre est laiss au rve et ses douces incohrences: visions dentre les morts, paysages flous et cotonneux sont ainsi au programme. On sort du pulp basique pour aller vers autre chose, avec une profondeur scnaristique supplmentaire, lorsque les contes et lgendes dautrefois font irruption dans un univers que lon croyait balis.

Alexis Laballery
( Mis en ligne le 23/06/2013 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)