L'actualité du livre
Bande dessinéeet Comics  

Les Crossovers
de Robert Rodi et Mauricet
Semic books 2004 /  11.90 €- 77.95  ffr. / 142 pages
ISBN : 2848570490
FORMAT : 17 x 26 cm

Famille, terre de contrastes

En général, le super héros / la super héroïne est un individu solitaire, nanti au mieux d’un(e) petit(e) ami(e), d’une identité secrète et d’une collection respectable d’ennemis… Affublez-le d’une famille et son identité secrète sera nettement menacée, ainsi que son entourage. Le destin du monde se défend seul. La solution est simple : une famille de super héros. L’idée n’est toutefois pas neuve, et une série fort ancienne comme les Quatre fantastiques l’exploite bien, mais chacun est au courant de l’identité secrète des autres, et tous luttent pour un même objectif… trop facile !

Dans la famille Crossover, la situation est nettement plus complexe. Le père tout d’abord, Carter Crossover, est un super héros classique (cape et justaucorps moulant) connu sous le nom d’Archétype et lutte, comme il se doit, contre un savant fou amateur de robots. La mère, Calista, est une tueuse de vampire en retraite qu’un ancien ennemi vient provoquer dans un duel. La fille, Chris, évolue sous le nom d’Eradika, princesse rebelle d’une dimension heroic fantasy dont l’entrée se trouve dans le sous-sol familial. Le fils enfin, Clifford, est à moitié extraterrestre et collabore avec deux envahisseurs-anges gardiens à un plan d’invasion de la Terre, sous l’œil affolé du voisin des Crossovers. Ajoutons qu’aucun d’entre eux ne soupçonne l’existence réelle de ses proches et l’on aura une idée des difficultés des Crossovers à former une famille normale.

Tout cela pourrait encore aller si, les histoires et les adversaires de chacun s’emmêlant, la situation ne finissait par devenir explosive, le tout s’achevant avec fracas sur le perron de la maison familiale. Le lecteur se trouve projeté dans l’équivalent comics du théâtre de boulevard, avec force quiproquos, coups de théâtre et situations inattendues. L’idée est originale : l’humour n’est pas une vertu première des comics, et à part quelques rares ovnis (Suprême notamment, d’Alan Moore, qui dynamite les lois du genre), les récits de super héros sont en général imperturbablement sérieux et aussi rigides que leurs armures. Il faut donc saluer la sortie d’un album qui illustre avec bonheur les possibilités du genre.

Dans le monde des comics, on désigne par crossover un scénario qui organise la rencontre de deux héros venus de séries différentes, d’univers différents, pour lutter contre un ennemi commun. Si le principe est préservé dans cet album, il est toutefois largement perverti par l’ampleur même du procédé : ce n’est pas deux, mais quatre univers différents qui se croisent, et dont les amateurs apprécieront le détournement constant. Inhabituel, mais revigorant : le scénario de Rodi, bien rythmé, alterne avec ironie les stéréotypes du genre, et les mélange dans un joyeux délire final. Le trait de Mauricet – dessinateur belge, ce qui est à souligner – s’adapte parfaitement, et son style classique sans être suranné fait merveille. Il s’agit donc d’une bonne parodie du genre, qui fera sourire les amateurs de comics, mais permettra également aux autres de découvrir un récit original.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 20/03/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)