L'actualité du livre
Bande dessinéeet Fantastique  

Les Mondes de Thorgal
de Yves Sente , Grzegorz Rosinski et Giulio De Vita
Le Lombard 2012 /  12 €- 78.6  ffr. / 48 pages
FORMAT : 22,2x29 cm

Les Mondes de Thorgal (Hors série)

ISBN : 9782803631933


Louve (tome 2) – La main coupée du dieu Tyr
ISBN : 9782803631032

Kriss de Valnor (tome 3) – Digne d’une reine


Pour les fans

Voilà longtemps que Thorgal défie les dieux, les mages, les monstres divers et variés : 34 albums bientôt, avec, au passage, un relais entre Jean van Hamme, scénariste légendaire (mais fatigué depuis un bon nombre d’albums) et Yves Sente. La série a peu à peu construit un univers en soi, avec sa cosmologie, son panthéon divin, ses beautés et ses menaces… un univers dont on se lasse peu et nombre de fans reprennent, périodiquement, la lecture des premiers albums, de loin les meilleurs, pour redécouvrir le monde. C’est à ces fans toujours inquiets de savoir ce que certains personnages sont devenus que les scénaristes de la série actuelle, associés avec quelques complices, consacrent leurs efforts dans la collection des Mondes de Thorgal : on s’éloigne un peu du beau viking venu des étoiles et on se consacre à des personnages qu’on ne peut pas vraiment considérer comme secondaires, notamment Kriss de Valnor, finalement beaucoup plus intéressante que la triste Aaricia.

Avec un troisième tome consacré à la guerrière la plus épique et la plus fourbe de la série, de Vita et Sente nous emmènent là où tout le monde attendait la belle mercenaire : sur les marches d’un trône, celui du roi Guustavson. Confronté à un problème menaçant – la malédiction des walkyries et l’obligation de se comporter en reine pour y échapper – Kriss de Valnor, pour une fois, agit selon des règles. Certes, les tourments sont là, ceux du destin (la malédiction de ne pouvoir tuer se heurte à un complot perfide mené aux dépens du roi qu’elle sert) et ceux du cœur (avec Hildebrün, amie-amante et princesse, séduisante et insaisissable). Le graphisme de Giulio de Vita, nerveux et riche, n’a rien à envier à celui de celui de Rosinski, modèle affiché, et donne à cet album une couleur très « thorgalienne », même si Thorgal n’y est pas. Décidément, Kriss de Valnor demeure un personnage riche et attachant, ce qui n’est pas si évident dans une série en quête de renouveau.

En parallèle à ce troisième tome, qui semble quand même annoncer une fin pour la guerrière, sort le second tome de la série consacrée à Louve, série prometteuse qui sort du cadre « viking » pour flirter avec un univers plus magique, plus mystérieux : Louve, plus ou moins manipulée par le mage Azzlepstön, a accepté de se séparer de sa part sauvage, et pourrait même l’abandonner – perdant alors une part de sa personnalité. Partie en quête de la main de Tyr, un artefact puissant, Louve prend peu à peu conscience de ce qu’elle est vraiment. Aidée par Vigrid, divinité alliée de la famille, elle se cherche pendant que, sur un autre plan, sa part animale part défier le Loup primordial, Fenrir. Belle mise en image de la schizophrénie de Louve, cet album exploite à la fois les mythes asgardiens et la cosmologie personnelle de Thorgal (Vigrid, la gardienne des clés) pour un cliffhanger plus qu’intrigant. Joliment dessiné parRoman Surzhenko, à qui il manque encore la nervosité d’un Rosinski, mais qui en a l’étoffe, l’album se laisse lire avec plaisir, en guettant la suite.

Enfin, avec Aux origines des mondes, les auteurs de la série, rassemblés, prennent la parole pour s’adresser au lecteur, une initiative sympathique mais qui aurait pu être insérée dans un cahier annexe plutôt que faire l’objet d’un album en soi… Les fans apprécieront certainement les planches, les esquisses, les confessions et confidences des auteurs sur la nouvelle série des Mondes, sur les liens qui s’établissent avec la série principale, les problèmes rencontrés, la cohérence de l’ensemble. Il ya toujours quelque chose d’émouvant à rentrer dans l’atelier du dessinateur ou dans le bureau du scénariste, de découvrir le passage de relais entre Rosinski, de Vita et Surzenkho, et pour tout dire, l’attachement des auteurs à leur création. Un album loin d’être indispensable, mais qui donne du relief à une série attachante.

Tandis que Thorgal et Jolan continuent de mener leur vie, compliquée, dans la série principale, ces Mondes de Thorgal ouvrent des portes intéressantes et, qui plus est, nous ramènent finalement aux origines de nombre d’histoires. Un nouveau monde attend les fans.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 30/10/2012 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)