L'actualité du livre
Bande dessinéeet Fantastique  

Julius Corentin Acquefacques (tome 6) - Le Décalage
de Marc-Antoine Mathieu
Delcourt 2013 /  14.30 €- 93.67  ffr. / 56 pages
ISBN : 978-27560-3108-8
FORMAT : 23x31 cm

La théorie du grain de sable

Comme dans LOrigine, Julius Corentin Acquefacques est mis devant un fait difficilement comprhensible: il est un hros. Lui, le rveur en pyjama, il est au et le centre dun drle dunivers fait de cases, de dessins et de mots. Sans rellement comprendre de quoi il sagit, Julius sait quil tient un rle important, primordial dans ce drle de monde. Aussi, lorsque dans cet album il disparat purement et simplement, rduit une prsence en creux et en voix off, cest tout un monde qui scroule. Ne restent plus en effet que des personnages secondaires (le voisin de Julius, les frres Dalenvert et le professeur Ouffe, dj aperus dans LOrigine), qui errent dans la page comme de pauvres mes en peine. Que sont des personnages secondaires sans un hros ? Peuvent-ils vraiment tenir une intrigue ? Et sinon y a-t-il un intrt une histoire sans rcit ? Les compagnons de Julius, dsoeuvrs, se posent un tas de questions: des personnages en qute non pas dauteur mais de hros. Au final, il faut se rendre lvidence, un rcit sans son hros, a nest rien, et voil la petite troupe partie vagabonder dans le rien (comme dans La Qu...), cette tendue de sable, cette page blanche infinie. Cette partie du livre est le prtexte pour Mathieu un festival de jeux de mots, o lauteur, en bon lve de Raymond Devos, tire sur les expressions pour en tirer tout ce quil peut. Cest drle, la limite parfois de lexercice facile, mais suffisamment bien racont pour que lon ne dcroche pas.

Plus tard, une fois Julius retrouv et rintgr son histoire, cest une autre aventure qui commence, celle qui conduira tout ce petit monde retrouver la terre ferme, un monde familier, le livre dont ils sont les personnages.

Au final, et cest l tout le principe du livre, cest un rcit qui tourne en boucle, qui se mord la queue. Il en tait plus ou moins de mme pour LOrigine ou Le Processus par exemple, mais Le Dcalage va encore plus loin puisque la diffrence de lalbum de 1998, cette dernire aventure tourne vraiment en rond, sans dbut ni fin. Dans Le Processus, le droulement de laction tait soudainement perturb par un lment imprvu (en loccurrence une horloge dfaillante). Cet incident insignifiant entranait des consquences dsastreuses pour Julius et tout son petit monde qui tait dsormais condamn revivre encore et toujours la mme histoire dans une spirale infernale et sans fond.

Avec Le Dcalage, le lecteur est plong dans ce rcit sans dbut ni fin... ds le dbut ! A tel point quon a du mal dfinir un vritable point de dpart; dou cette gniale ide de Mathieu de commencer son rcit par la planche 7. On retrouvera au fil de lalbum la couverture, puis la quatrime de couverture, puis la premire planche. Toutes les pages ayant ainsi glisses, do le dcalage du titre... Le livre a ainsi perdu son autorit, cest lhistoire qui prend le dessus sur lobjet, quitte faire peur lventuel lecteur (diable ! un livre sans couverture !). Il y a mme, sacrilge ! des pages dchires. Encore plus que la bande dessine, cest le livre mme, lobjet, qui est ainsi cette fois au centre des proccupations drles et ludiques de Mathieu.

Lensemble est tout simplement brillant, riche en rebondissements, rempli dides folles et de bons mots, et de plus comme toujours parfaitement dessin. On tait sorti un peu fatigu et du de 3 secondes, mais avec ce nouveau livre, Mathieu signe lun de ses plus rjouissant album, alliant avec brio le sens du divertissement et les trouvailles narratives.

Alexis Laballery
( Mis en ligne le 12/03/2013 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)