L'actualité du livre
Bande dessinéeet Fantastique  

Frankenstein – Le Monstre est vivant (tome 1)
de Steve Niles et Bernie Wrightson
Soleil 2014 /  15 €- 98.25  ffr. / 72 pages
ISBN : 9782302027602
FORMAT : 31,3x20,5 cm

Le retour

En 1983, Bernie Wrightson illustrait pour Marvel le Frankenstein de Mary Shelley. Sur prs de 45 planches devenues cultes, lartiste amricain montrait toute ltendue de son talent avec des illustrations grand format qui oscillaient entre la gravure fin XIXe et limagerie dhorreur dEC Comics.
30 ans plus tard, Bernie Wrighston revient ce roman pour lui donner une suite. Cest le scnariste Steve Niles (30 jours de nuit) qui a la lourde tche de prolonger le rcit de Mary Shelley.

La crature de Frankenstein, assemblage de morceaux humains rendus la vie, nest donc pas disparue. Elle est devenue une lgende mais aussi un monstre de foire que les gens se pressent de voir sous une tente. Souvent ils sont dus, comme sils sattendaient voir Boris Karloff, avec sa tte plate et ses boulons sur les tempes. Mais la crature, maline et comdienne, aime jouer au monstre quelle nest pas vraiment, et finalement donne ces frayeurs tant attendues par ces spectateurs voyeurs.

Ce premier livre (qui regroupe les 3 premiers pisodes de la srie) revient sur le parcours de la crature avant den arriver cet univers forain. Cest la suite directe du livre de Shelley, lorsque la crature et son pre se poursuivent et se perdent dans les glaces arctiques.
On croyait les deux personnages dfinitivement disparus mais la crature connat une vritable renaissance, une fois de plus grce au feu, et est recueillie plusieurs annes plus tard par un autre savant, le bienveillant docteur Ingles.

Contrairement lillustration du roman original dil y a 30 ans, on est cette fois dans un cadre plus dfini de la bande dessine, avec ses vignettes, ses bulles et ses textes encadrs. Mais Bernie Wrigthson na pas oubli ce qui avait fait le charme de son adaptation originale et privilgie les illustrations pleine page, les grandes images. Il sagit de donner du souffle ce rcit, de ne pas ltriquer dans une pseudo suite timide et trop troite. Ne pas avoir peur de se frotter au mythe.

Niles et Wrightson font donc de la crature le hros. Frankenstein a disparu et sa cration est au cur du rcit. Laccent est mis sur son destin tragique, sa destine impossible. Forcment, comme dans les meilleurs rcits dramatiques, le monstre est au fond plus humain que les tres censs dous de raison qui lentourent. Que les amateurs dhorreur btasse passent leur chemin, il sagit ici de prendre son temps et de regarder vivre ces personnages. Il y a plus dmotion vive que dpouvante pure et mme si quelques visions cauchemardesques rappellent lesprit gothique du roman original, on est plus ici dans un esprit de tragdie ternelle qui plonge le hros dans des affres sans fin, sans lueur despoir.

Si ce premier tome ressemble une longue introduction ce qui suivra, le style de Bernie Wrighston na rien perdu de sa superbe. Cest une leon, un cours magistral. Le noir et blanc na plus de secrets pour lartiste aussi il dcide cette fois de sattaquer aux gris. Ces pages sont ainsi baignes dune lumire profonde, dun gris de cendres, et remplies de mille dtails qui avaient dj fait le succs de son premier ouvrage sur la crature de Frankenstein. On se plait dcouvrir tous les dtails dans ces images devenues vritables paysages : notamment ces vues du cabinet du professeur avec becs verseurs, cornues, tubes et autres cratures empailles Dans ces grandes pages remplies ras-bord, lil aime sgarer. Du premier plan au dernier, le lecteur devient promeneur, apprciant la matrise de Wrightson grer avec la mme puissance tous ces pans du dcor. Cest un beau voyage, haletant mais malheureusement trop bref, et qui fait esprer une suite trs prochaine.

Alexis Laballery
( Mis en ligne le 18/11/2014 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)