L'actualité du livre
Bande dessinéeet Fantastique  

Lycaons
de Alex Barbier
FRMK - Amphigouri 2003 /  19 €- 124.45  ffr. / 134 pages
ISBN : 2-930204-41-9
FORMAT : 21,5 x 27 cm

Hallucinogène

Plus de vingt-cinq ans aprs leur premire publication dans le mensuel Charlie, les planches prsentes dans ce recueil nont rien perdu de leur force et de leur modernit. Le charme vnneux qui se dgage de ces intrigues dcousues et inquitantes nest toujours pas rompu, et le lecteur non prvenu aura droit un choc comme il nen a plus souvent en bande dessine. Les planches de Lycaons sont autres, forcment diffrentes et subtilement drangeantes. Emplie de visions potiques et hypnotiques, dinstants cauchemardesques, de textes souvent crus mais jamais faux, la premire uvre du trop rare Alex Barbier est une formidable bande dessine que le temps a fort heureusement pargne et dont la puissance dvocation est intacte.

Un premier rapide coup dil ces pages, et cest dabord un souffle qui saute au visage. Alex Barbier est avant tout un grand peintre. Prcurseur de la couleur directe en bande dessine, il donne chacune de ses images une paisseur incomparable. Son style est parfois brouillon, volontairement illisible et ambigu. Les traits se confondent et deviennent flous, et seule la photographie qui sert parfois de modle est encore perceptible derrire les couches et les taches ; Barbier capte ainsi lexpression dun visage et la fixe pour toujours. Bienvenue au royaume des morts. Et il y a ces couleurs clatantes (secret de fabrication jalousement gard par son auteur), et cette incroyable lumire qui enveloppe les corps enlacs, et les paysages dserts.

Lil dj conquis sattarde et se perd devant chacune de ces mini-toiles empreintes dune beaut rare. Savoureux mlange de Hopper, Bacon ou Hockney, les images de Barbier fascinent et pigent le lecteur. Celui-ci hsite devant telle ou telle vignette. Qu'y a-t-il voir ? comprendre ? La lecture de Lycaons est exigeante et parfois ardue, mais cela fait partie de luvre, et il faut accepter dtre, pour une fois, laiss seul devant une uvre, sans personne pour nous tenir la main. Dailleurs, le sens nest pas le but, puisque le cauchemar semble tre ici roi.

Cest que lapproche du neuvime art par Barbier est souvent totalement dconcertante. Les histoires se droulent sans relle cohsion, semblant avoir t crites au fur et mesure. Sans dbut ni relle fin, les personnages pour la plupart muets sont jets dans des lieux dserts, o la violence et la baise semblent tre les seules distractions locales. Lambiance est pose. Moite, collante, implacable. Chambre dhtel sombre et miteuse, ville de bord de mer vide de ses occupants, gare dserte, terrasse de caf sous un soleil de plomb Ce qui intresse Barbier avant tout, cest dinstaller une atmosphre. Ses peintures laissent le spectateur devant des paysages de fin du monde, des rves inquitants dont on ne veut pourtant pas svader. La tension est ainsi palpable ds les premires images. Quelque chose de terrible peut arriver tout instant. Dans le rcit qui donne son titre lalbum, il y a dabord ce narrateur qui observe travers ses "yeux camra". Il est accompagn de son amant Pepito, et tous deux sont confronts une nouvelle MST qui transforme les jeunes hommes en de froces lycaons. Rfugis dans une cit de villgiature, acculs par les autorits btes et mchantes, la fin est proche, inluctable.

Cette rdition des trois chapitres de Lycaons est prcde de plusieurs courts rcits galement publis dans Charlie ds 1975. Les trois premiers sont indits en album et permettent au lecteur dapprcier lvolution tant graphique que narrative de Barbier. Dans les premires histoires, le dcoupage est triqu et nerveux ; il devient par la suite de plus en plus ample et lche. De mme, les teintes dominantes changent et les couleurs dlaves du dbut voluent vers les tons crus et clatants qui feront la rputation de lauteur.

Mme si on pourra porter sa prfrence sur dautres albums de Barbier comme les Lettres au maire de V., plus abouti et matris, cette nouvelle dition de Lycaons en tout point remarquable conserve encore aujourdhui, et sans doute pour longtemps, son statut dalbum culte. Inclassable, trash et beau pleurer.

Alexis Laballery
( Mis en ligne le 07/01/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)