L'actualité du livre
Bande dessinéeet Fantastique  

Lupus (volume 2)
de Frederik Peeters
Atrabile - bile blanche 2004 /  17 €- 111.35  ffr. / 96 pages
ISBN : 2-940329-10-9
FORMAT : 22 x 29 cm

La piste aux étoiles

Il y a un an peine, on avait laiss Lupus et la jeune Sanaa en fuite dans lespace vers une destination inconnue. La mort tragique de Tony, le meilleur ami de Lupus, et de ce mystrieux missaire charg de ramener Sanaa vers le bercail familial, plongeait le rcit dans une incertitude totale et mettait brutalement fin une insolite vire galactique. Par la mme occasion, Frederik Peeters confirmait, aprs Pilules bleues, un talent unique pour raconter et mettre en scne ses histoires et signait lun des meilleurs albums de lanne, original et tonnant.

Dans ce deuxime tome, le couple de fuyards va trouver refuge sur une lointaine plante, Necros, sorte de gigantesque maison de retraite o les personnes ges peuvent finir leurs jours. Il sagit juste de se mfier de ces "faux-vieux" qui nattendent que le premier touriste crdule quils pourront dtrousser. Aprs avoir chapp lun de ces voyous du troisime ge, Lupus et Sanaa vont finir leur sjour au vert, loin de tout, dans une communaut attachante danarchistes sur le retour et de joyeux asociaux.

Comme dans le premier volet de la srie, Peeters brouille les pistes et conduit le lecteur vers des voies indites. Ce qui commenait comme une sorte de comdie noire mtine de grande aventure, devient rapidement encore autre chose ; le rythme se ralentit et le temps qui passe devient acteur part entire. Lambiance japonisante que Peeters confre son village y est sans doute pour quelque chose : tout dun coup, aprs avoir t promen dans un Disneyland pour grabataires, cest vers un dcor de film dOzu que lon semble tomber. Peeters excelle alors montrer par petites touches et courtes scnes, la vie dans ce village insolite et plein de charme. Le jeune auteur multiplie les moments de silence et relate soigneusement la routine qui semble sinstaller jusquau rebondissement final. Un coup de thtre qui, une fois de plus, prendra le lecteur en otage.

Vraie-fausse oeuvre de science-fiction, comme pouvait ltre le Solaris de Tarkovski, Lupus prend pour dcor lespace infini et ses multiples plantes comme pour paradoxalement mieux montrer lisolement entre les tres et leur incapacit communiquer. Malgr toutes les conqutes et autres avances technologiques, lhomme restera comme il est, rempli de violence et de contradictions, de doutes et de tristesse. Lupus, sorte de Corto Maltese revenu tout juste de Woodstock, promne sa silhouette dgingande et son mal-tre profond. Seul face lunivers, la solitude semble on ne peut plus grande. Lapparente lgret de la srie se fissure ici encore un peu plus et laisse prsager des moments dintense motion.

Le dessin de Peeters reste toujours aussi virtuose et le trait, impressionnant de sret. Le style remarquable du jeune auteur suisse semble ne connatre aucune limite, et lensemble reste dune cohsion remarquable. Ce qui, au premier coup dil, peut paratre trop charg et brouillon, rvle tout au contraire vite une prcision remarquable et un sens du dtail qui nadmet aucune confusion. Derrire ces hachures et ces taches, cest toute la vrit dune motion qui transparat. Peeters devient alors directeur dacteur. Il joue avec les expressions de ses personnages la perfection : coup dil en coin, sourire moqueur, doute, crainte Tout le panel des motions humaines est ici tal, avec une justesse tonnante. Cest dans ces vignettes o rien nest dit, dans ces blancs et ces absences que se joue finalement toute lintrigue de Lupus.

Avec ce deuxime tome dune srie qui en comptera au moins quatre, Frederik Peeters confirme si besoin tait son statut dauteur marquant et talentueux. Loriginalit de Lupus et son brillant traitement ne peuvent que conqurir le lecteur en qute dune bande dessine la fois divertissante et intense, o toutes les aventures se donnent rendez-vous.

Alexis Laballery
( Mis en ligne le 14/01/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)