L'actualité du livre
Bande dessinéeet Fantastique  

Les Passants du Clair de Lune (tome 2) - Le chant du bouc
de Thomas Mosdi et Laurent Paturaud
Glénat - La Loge noire 2004 /  12 €- 78.6  ffr. / 48 pages
ISBN : 2723443701
FORMAT : 24 x 32 cm

Bacchus forever

Que sont devenus les anciens dieux, les dieux de lAntiquit grecque, gyptienne ? Comment se sont recycls tous ces panthons paens balays par le monothisme ? Cest en partie cette question que Thomas Mosdi, au scnario, et Laurent Paturaud, au dessin, tentent de rpondre dans une srie prometteuse, Les Passants du clair de lune. Le thme est dj original, car rarement abord : si lon excepte quelques romans fantastiques (dont le Malpertuis, de Jean Ray) et quelques BD (signalons le magnifique D-Day, rcemment publi par les Humanodes associs, ou encore Lhritage dEmilie, la magnifique srie dAnne Magnin), les anciens dieux sont tout autant disparus que les civilisations qui les vnraient. Mais Mosdi, scnariste virtuose de LIle des morts, a relev le dfi avec talent. Le rsultat est tout fait apptissant, dans la ligne de la collection Loge noire avec laquelle Glnat entend rvolutionner lhistoire secrte (pensez au succs du Triangle secret) aprs avoir impos, il y a quelques annes, un style de BD historique novateur.

Le premier tome de cette srie faisait dcouvrir une runion dun genre trs particulier, la Fraternal compagnia : dans la Venise du XVIe sicle, cette socit trange excutait le Conseil des 10 (le gouvernement vnitien) pour assouvir une vengeance. Entran dans cette mascarade, mort et ressuscit, un jeune Vnitien, Angelo Beolco, dit Ruzante, se retrouvait dans une troupe de comdiens itinrants intrigants, mens par Alvise Cornaro, le riche marchand vnitien impliqu dans laffaire. On retrouve ces hommes mystrieux dans le Paris du XVIe, avec des noms franciss et des desseins toujours aussi sombres, qui se prcisent peu peu. Toutefois, leurs activits ont attir sur leurs traces quelques puissances, dont lEglise, qui dlgue le frre prieur Calvacante, et les autorits royales en la personne dun commissaire enquteur, Jonzac. Or ces traces ruissellent de sang encore frais et de cadavres bizarres, tout juste assassins et dans un tat de pourriture pourtant trs avanc il y a l manifestement quelque diablerie, et la marque dun mystre. A moins quune force plus ancienne que lEglise, Pan, le dieu-masque, ninspire tout cela La vrit rvle dans cet album au dernier dentre eux, le jeune Ruzante, est forcment inattendue, et prometteuse pour la suite. Dautant quun face--face se prpare entre Ruzante et son amie Maria Serao, instrument de la colre divine. Une fois de plus, les dieux saffrontent travers les hommes, et se jouent de leur me.

Voil un album de qualit : le scnario de Thomas Mosdi, dans lequel on avance lentement, en comprenant au fur et mesure ce qui unit les membres de la compagnie fraternelle, est fort bien servi par le graphisme de Laurent Paturaud. Notamment, ce dernier a donn ses mchants des traits sympathiques, la beaut du diable, qui illustrent dautant la relativit de ce conflit entre deux morales religieuses antagonistes, issues dune Antiquit dsormais lointaine. Certes, il manque ce Paris des annes 1500 une touche dauthenticit et de vie (la ville, les palais sont quasiment dserts lexception des personnages qui semblent dambuler dans des dcors de thtre plutt que dans la ralit), ce luxe de dtails qui faisait le charme des albums de Cothias et Adamov. On aimerait marcher dans les rues, se mler aux passants, suivre la vie ordinaire dhommes bien mystrieux : bref, il faut travailler lambiance, le contexte, qui sont autant de ressorts pour lhistoire. Mais le travail ralis par ce jeune dessinateur, exclusivement centr sur les rapports entre les protagonistes, nen est pas moins fort agrable lire, et justifie dattendre la suite avec impatience.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 31/07/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)