L'actualité du livre
Bande dessinéeet Fantastique  

Les Passe-Murailles (vol.2) - À tort et à travers
de Jean-Luc Cornette et Stéphane Oiry
Les Humanoïdes associés 2006 /  10 €- 65.5  ffr. / 48 pages
ISBN : 2-7316-1789-6
FORMAT : 22,5x29,7 cm

Fantastique urbain

Des gens qui passent travers les murs dj vu ! Mais travers les pythons, les aquariums ou les trains en marche, cest un peu plus inattendu. Dans Les Passe-Murailles, Jean-Luc Cornette et Stphane Oiry explorent le quotidien de gens normaux une exception prs, leur capacit traverser la matire. Une relecture originale dun classique littraire sous forme de tranches de vie. Et on nest pas si loin de Garou-Garou, le passe-muraille de Marcel Aym : de la jeune femme amoureuse qui rcupre le blouson de son ami, aval par un python, la petite fille qui, pour pater un garon, joue avec un train en marche, ce sont toujours des histoires o les sentiments ne sont jamais loin et qui justifient bien des btises. Jusquau chat passe-muraille, une variation intressante de lanimal domestique en version catastrophique pour le voisinage. Et cest tout le plaisir discret de cette srie qui, partir dun fait improbable, envisage les diverses possibilits, les vnements infimes, les quiproquos improbables, les impossibilits anodines, les rvlations incroyables, le regard des uns et des autres sur la bonne copine, lamant, lanimal domestique, devenus diffrents.

Tout le charme du scnario de Jean-Luc Cornette est denvisager ce pouvoir, non en termes daventures dlirantes, de super-hros ou de vengeur masqu, mais bien comme une particularit peine plus impressionnante que savoir loucher ou se tourner les pouces. Aussi les personnages nont-ils rien de particulier (les garons en gnral sont assimils un peu de manire systmatique des obsds, mais bon) et se contentent de ragir ce quotidien bizarre.Tout cela dbouche sur un album peine fantastique, aux rcits parfois amusants, parfois terribles Au risque toutefois de passer ct dune histoire plus structure, quelque chose de plus dense. Le seul vritable regret au final, cest que quatre histoires, cest un peu court et la fin de lalbum laisse un peu sur la faim. Quant au graphisme de Stphane Oiry, il illustre parfaitement ce quotidien un peu tonnant, par petites touches, un peu comme Prado sait le faire. Pas de caricatures ou de personnages outrs, pas de tabous ni de faux-semblants (voire quelques scnes et dialogues trs allusifs) mais un dessin simple, parfois bauch, efficace, dans le vent des bandes dessines pour trentenaires qui simposent actuellement. Il sagit de ne pas passer au travers


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 26/07/2006 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)