L'actualité du livre
Bande dessinéeet Fantastique  

Hauteville House (tome 4) - Atlanta
de Fred Duval , Christophe Quet et Thierry Gioux
Delcourt - Conquistador 2007 /  12.90 €- 84.5  ffr. / 56 pages
ISBN : 978-2-7560-0492-1
FORMAT : 24x32 cm

Wild wild wild west…

Du sang, de la sueur et de lhuile de vidange 1864, Atlanta : la guerre entre les Etats confdrs du Sud, et le Nord fait rage, avec, en invit mystre, le puissant Empire franais de Napolon III Nous sommes lre de la vapeur et le monde fonctionne dsormais comme une machine : sur le champ de bataille, les chars, les canons mobiles, les dirigeables de combat et autres dreadnought saffrontent. Bienvenue dans lunivers de la steampunk triomphante. Mais voil, dans cette re victorienne, sans voile mais avec vapeur, la magie prcolombienne va faire un retour tonnant, sous la forme dune arme de destruction suffisamment massive pour inquiter les derniers dfenseurs de la libert. Et derrire cette arme nouvelle, on croise les desseins menaants de la France impriale Pendant ce temps, les envoys dHauteville House (seule instance de rsistance au pouvoir de Napolon III) se dbattent avec leurs soucis : Eglantine a infiltr les Sudistes et leurs secrets, tandis que Zelda, Gavroche et Georges sont prisonniers du gnral sudiste Hood (version BD du cyborg : plus de mtal que dos)on peut dire que cette histoire commence mal, mais ce serait mconnatre les talents des uns et des autres que de dsesprer vasion, espionnage, complot, bagarre : en route pour la bataille finale.

Fin de cycle Hauteville House : aprs avoir dclin les 4 lments, la srie sachve logiquement dans le nouveau monde, et dans une immense bataille, o la folie technologique affronte le retour de la magie maya. Le fracas des batailles dans les plaines du Far West aprs les manuvres souterraines des services secrets : on peut dire que Fred Duval (Carmen Mc Callum) conclut parfaitement ce premier cycle, non sans humour (la fin et lorigine de la zone 51 est bien trouve), dans un esprit un peu wild wild west qui fait tout le charme de la srie. Cest du grandiose et du magistral, jusque dans le bombardement dAtlanta par les dirigeables (mais pourquoi ne pas se faire plaisir avec quelques grandes pages ?). Une bataille, rien que a, avec grain de sable dans la mcanique sudiste et impriale les missaires dHauteville House. De ce point de vue, la srie confirme largement les espoirs ns du premier album, et offre aux amateurs de steampunk une friandise apprciable, avec des effets spciaux en technicolor, du grand spectacle, de laventure, de lamour et de lmotion. Reste le graphisme de Thierry Gioux, la fois riche et un peu bancal : si le dessinateur a le sens des grands espaces, des machines bizarres et des batailles, il savre par contre dcevant lchelle des individus. Les visages sont impersonnels, les silhouettes malingres, les gestes maladroits, comme dplacs dans un dcor trs russi. Un album incontestablement sduisant toutefois, et une belle fin de partie pour Napolon III. Deuxime round ?

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 13/11/2007 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)