L'actualité du livre
Bande dessinéeet Science-fiction  

Les Derniers Jours d’un immortel
de Fabien Vehlmann et Gwen de Bonneval
Futuropolis 2010 /  20 €- 131  ffr. / 152 pages
ISBN : 978-2-7548-0158-4
FORMAT : 20x27.5 cm

Philo-fiction

Derrire ce titre contradictoire se cache lun des plus beaux albums du moment. Une histoire de science fiction loin des canons du genre, prfrant la rflexion laction, la lenteur la prcipitation.

Nous sommes dans un futur trs lointain. Des centaines de plantes et despces diffrentes ont t dcouvertes et toutes ces cratures y compris les humains - doivent cohabiter malgr des traditions et des modes de vie souvent trs loigns les uns des autres. Pour mieux apprhender et rsoudre les diffrents conflits qui, invitablement, ont lieu au sein de cette immense communaut, une police philosophique a t mise en place. Plus que des philosophes, ces agents sont avant tout de supers diplomates dous de connaissances ethnologiques leur permettant de comprendre nimporte quelle espce. Lune des stars de ce service est Elijah : brillant, intelligent, et incroyablement perspicace, voil lagent que tout le monde sarrache pour rsoudre des affaires complexes.

Lautre grand bouleversement de cet univers, cest lacquisition de limmortalit. Dsormais, les humains ne meurent que sils le dsirent. Ils peuvent mme se crer des clones, des chos , qui prennent le relais de certaines activits. Elijah est lun de ces immortels. Pour mener bien toutes ses missions, il a quelques copies conformes parpilles dans lunivers. Mais lorsquil apprend la mort imminente car programme - dun ami proche, il va tre boulevers au point de remettre en cause toutes ses valeurs. Il va pourtant falloir se remettre louvrage puisquun conflit vieux de plusieurs milliers dannes refait surface et menace de faire basculer toute cette communaut dans le chaos le plus total.

Fabien Vehlmann tonne et pate dalbum en album. Avec ce rcit original et dune grande posie, il conduit une intrigue aux multiples ramifications, dcoupant son script en courtes scnes, prenant le temps de respirer sans pour autant jouer la contemplation fade. Aux cts de Vehlmann, Gwen de Bonneval imagine un univers pictural tonnant, entre Mir et les films de Ren Laloux, pour aller vite, ces planches en lavis gris baignent dans une atmosphre alanguie, mlancolique. Cest de la science fiction molle, comme le Solaris de Tarkovski ou les Chroniques martiennes de Bradbury. Le rond plus que le carr, les courbes plus que les angles. Tout est ici frapp au coin de linsens (piscine falaises, sculptures flottantes, aliens bizarrodes et modes de vie tranges) et pourtant dune belle cohrence. Au-del de lintrigue principale, ce sont des questions plus profondes (quel sens la vie quand la mort nexiste plus ? peut-on vivre sans souvenirs ?...) qui sont poses travers le parcours dElijah. Et malgr cet univers qui semble loin du ntre, toutes ces questions ont encore un sens et lensemble en est dautant plus mouvant. Au final, lintrigue pseudo-policire et le cheminement psychologique dElijah procde dun mme mouvement : dcouvrir une ralit enfouie l depuis des sicles et cache par des fausses vrits, des ides reues. Lair de rien, cet album dune grande posie et racont avec lgance peut prtendre au statut de futur classique.

Alexis Laballery
( Mis en ligne le 19/04/2010 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)