L'actualité du livre
Bande dessinéeet Science-fiction  

Travis (tome 12) - Les tueurs de fer
de Fred Duval , Christophe Quet et Pierre Schelle
Delcourt - Neopolis 2017 /  14.50 €- 94.98  ffr. / 48 pages
ISBN :  978-2-7560-8076-5
FORMAT : 24x32 cm

Jungle mal famée

Après s'être haïs, affrontés, retrouvés, puis épaulés, Vlad Nyrki, ex terroriste cyborg partagé entre sa moitié humaine et sa moitié mécanique, et Travis, chauffeur spatial aux talents et compétences variés, se sont perdus, se cherchent et finissent par se retrouver. Bonne nouvelle. Mais le cadre est moins romantique : le Mexique, la région du Chiapas, et une jungle envahie - polluée - par des robots tueurs lâchés là par les narcos, en passe de dominer la région. La presse est au mieux tolérée, voire assassinée, le peuple se terre pour échapper à ces tueurs sans âme ni pitié... et seul un Nyrki, autre déclinaison de la bête de guerre, saurait tenir tête à cette engeance. Et tout cela pour retrouver son vieux copain Travis, passé du côté des rebelles zapatistes et engagé dans la guerre avec les narcos et leurs séides. Mais avant de le trouver, il faut traverser une jungle hantée de robots tueurs laissés libres... amis poètes...

Ce n'est pas le Vietnam, on n'est pas en 1975, mais il y a de ça... Une version mexicaine et futuriste d'Apocalypse Now : tout y est, la jungle moite, la remontée du fleuve et ses dangers, les retrouvailles entre deux hommes transformés par un conflit... et des robots à la place d'un adversaire plus dépenaillé, des robots mal en points, déclinaison robotique des morts vivants de Walking Dead, des robots sans maîtres devenus des tueurs sans instructions, de bêtes machines à tuer de l'humain. Comme d'habitude avec Travis, l'ambiance est particulièrement soignée, et les couleurs, comme la mise en scène participent de cette inspiration digne de Kubrick. Même violence aveugle (et mécanisée), même face à face entre les humains et la nature (ainsi que les robots), même héros plus ou moins fous mais indéniablement efficaces. Et puis le charme de la série : des intrigues qui s'entrecroisent, des voyous séduisants (Nyrki, tellement plus charismatique que son alter ego), un futur apocalyptique où les Etats ont abandonnés depuis longtemps des populations à un sort brutal, dans un monde qui se déglingue à peu près autant que cette horde de robots amochés. Un bon cru, qui débute - avec un clin d'oeil cinématographique sympathique - un nouveau cycle (et les retrouvailles de Nyrki et Travis). L'album qu'on attendait, et qui inaugure du lourd...

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 21/07/2017 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)