L'actualité du livre
Bande dessinéeet Science-fiction  

Les zombies qui ont mangé le monde (tome 1) - Une odeur épouvantable
de Jerry Frissen et Guy Davis
Les Humanoïdes associés 2004 /  10 €- 65.5  ffr. / 56 pages
ISBN : 2731663448
FORMAT : 24 x 32 cm

Zombies revival

On le sait, depuis quelque temps, les zombies font un come back remarqu, que ce soit dans les jeux vidos (notamment la srie Resident evil), le cinma (outre Resident evil, le film et sa squelle prochaine, la radaptation du film de G.A. Romero, Dawn of the dead, slection officielle Cannes 2004 !) ou encore la BD. Convenons donc que le mort-vivant est devenu tendance : il nest, malgr tout, toujours pas frquentable pour diverses raisons, de la mauvaise haleine au cannibalisme. En fait, il ny a pas grand-chose faire avec lui, except fuir Cela convient pour certains jeux, mais la BD suppose un scnario plus dense, ou bien une ide porteuse. Aussi le futur imagin par Jerry Frissen et Guy Davis (collaborateur de Mike Mignola pour BPRD) dans ce premier tome dune srie prometteuse, Les zombies qui ont mang le monde, devrait rassurer les plus sensibles comme les plus exigeants. Comme quoi on peut tout fait faire du neuf avec du vieux (voire du pourri).

En 2064, les morts sont revenus sur Terre, ne sachant sans doute trop o aller par ailleurs mais le progrs par rapport aux films et jeux envisags plus haut est que la cohabitation avec les vivants se fait de manire cordiale (une longue nouvelle de Dan Simmons, le Styx coule lenvers, raconte cela fort bien), sinon satisfaisante. Des couples mixtes vivants-zombies existent mme ! Cest par ailleurs lune des rares nouveauts de ce futur qui, part les voitures volantes, reste proche de nous. Une nouveaut de taille, il est vrai ! Chacun, vivant et mort-vivant, a trouv sa place dans la socit, en dpit de quelques incidents et drapages (un peu de cannibalisme : zombitude oblige). Et cest justement ces incidents, ces petits carts, que se consacre cette srie labore sous forme de sketchs mettant aux prises une quipe de spcialistes (doux euphmisme) de la capture des zombies de Los Angeles avec divers sujets un peu originaux (la vieille star dcde de cinma dhorreur, le grand-pre mort et qui sent mauvais, les blousons noirs zombies). Le principe des zombies tant quils continuent de faire, morts, ce quils faisaient vivants, on imagine les mille et une variations sur ce thme. Dailleurs, lquipe en elle-mme vaut la lecture : la famille Neard on doit pouvoir prononcer nerd - (Karl, un boutonneux et Maggie, le cerveau de laffaire) et leur associ un peu brutal, M. Merckx. Les histoires sont courtes et efficaces, un rien dsesprantes quant lavenir de lhumanit. Au final, un constat simpose : dans ce monde peupl de zombies, cest encore les vivants qui sont les plus dangereux et les plus tordus.

Avec cette srie, le dpaysement est absolu : de lhumour grinant, une pince (lourde) de gore, des hros spcialement ridicules, le tout sous une prsentation trs annes cinquante, entre Weird Tales et Les Contes de la crypte. Bref, un style dlicieusement rtro soulign par des couleurs un peu dlaves et une typographie dpoque. Lalbum, en tant quobjet, est donc dj fort russi, mais surtout, les histoires dlirantes rvlent, en toile de fond, une socit qui sest adapte une situation bizarre, voire a appris en profiter. Cet univers loufoque vaut lui seul le coup dil, et tmoigne du got du dtail du scnariste. Le graphisme est tout fait adapt lambiance djante. Un album lire entre les lignes donc, et savourer lentement, en attendant la suite. La mort peut attendre encore un peu !

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 26/07/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)