L'actualité du livre
Bande dessinéeet Science-fiction  

Meteors (tome 1) - Le règne digital
de Fred Duval et Philippe Ogaki
Delcourt - Neopolis 2008 /  13.95 €- 91.37  ffr. / 72 pages
ISBN : 978-2756007519
FORMAT : 24x32 cm

Big Brother, enfin

2136. Depuis le temps quon en parlait a y est, les intelligences artificielles (IA pour les intimes) ont pris le contrle de la plante et de ses habitants Et comme les IA ont de lhumour, leur monde virtuel se prsente sous la forme dune version annes 80 de la terre, peuple de grands singes pas commodes. Pour le reste, on ne rigole plus : la police est robotise, chaque individu est espionn ds sa naissance par un implant, le mmoriel, qui lui donne accs au rseau global (une laisse de luxe), chaque objet, chaque jouet, est gr par une IA, elle mme soumise du moins on lespre une thique. Le monde des Robots dAsimov, version lgrement inquitante. Et cest dans cet univers que, un par un, des grains de sables viennent gripper la belle machine artificielle : il y a Nora, une petite fille et son jouet intelligent, qui se promne sans protection dans un dsert devenu le vide ordure de toutes les nanotechnologies, il y a Vladimir Karpov, ou plutt son cadavre, gar aprs 165 ans dans le vide sidral de la banlieue martienne, il y a Rita et ses copains, des rsistants vivants sans mmoriel dans une oasis, attels un projet un peu fou, baptis Meteors La vie rve des ordinateurs serait-elle menace par une erreur-systme ?

Le nouveau Duval, rien que a ! Les fans de la belle Carmen Mac Callum et de Travis attendaient une nouvelle srie, et lon retrouve ici la patte du matre : des IA, de lespace, des conspirations, des machines qui parlent, des nanotechnologies, des armures de combat Bref de la SF bien solide et bien balance. Certes, on reste dans des schmas la fois classiques et efficaces : la lutte des hommes contre les machines, une pince dAsimov mais dj, petite trouvaille sympathique, le monde virtuel des IA est assez original, peine parodique. Fred Duval est un scnariste solide, qui connat son mtier et son public, les fans de SF : en entremlant les histoires, en tissant un canevas de possibilits, avec quelques lments troublants venant nuancer le meilleur des mondes , il met en place un univers solide et cohrent, comme une version futuriste du monde de Travis. Point faible, le graphisme de Philippe Ogaki alterne quelques beaux moments notamment pour tout ce qui est machines futuristes et vaisseaux spatiaux, ou encore le monde des IA - et quelques passages vide. Si le manga est clairement linspiration du jeune dessinateur, cest avec ses forces et ses nombreuses lacunes. Rsultat, un trait qui trouve ses limites dans les horripilants regards kawa des personnages et leurs chevelures la Dragon Ball Z, des hros un peu passe-partout dont les visages gagneraient tre humaniss, plus ralistes. Une pince de rel dans un monde digital suivre.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 13/04/2008 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)