L'actualité du livre
Bande dessinéeet Chroniques - Autobiographie  

Rock Strips
de Collectif
 25 €- 163.75  ffr. / 240 pages
ISBN : 978-2-0812-1713-3
FORMAT : 17x24 cm

Sous la direction de Vincent Brunner.
Préface de Mathias Malzieu.


Big band

Rock strips ou la rencontre improbable, mais pas absurde, entre le rock (ses précurseurs, ses classiques, ses modernes) et la jeune bande dessinée française, sous le regard complice de Mathias Malzieu de Dionysos (séparé de Sfar ?)… Le genre d’ouvrage qui s’imposait, mais auquel on ne songeait pas forcément. Alors Vincent Brunner a entrepris de réunir, autour de quelques groupes, chanteurs et albums mythiques, de jeunes auteurs motivés, fans, nostalgiques d’une époque, d’une jeunesse, d’un mythe. Le résultat est assez hétéroclite, part un peu dans tous les sens (il existe même un blog), mais il dégage un bel enthousiasme et une passion communicative. Surtout, pour les bédéphiles fans de rock, l’objet s’avère séduisant, comme un fanzine de luxe dans une présentation gentiment underground, hommage des auteurs à Robert Crumb et à son travail d’illustrateur rock. Et si en plus, vous aimez la BD française, alors c’est un must.

Car les stars sont là : on démarre avec Little Richard et Elvis le pelvis, on rend hommage aux Beatles et aux Stones, on revisite quelques oubliés comme les Kinks, Johnny Thunders, et l’on croise quelques grands anciens - Pink Floyd, Led Zep, Bowie et Elton John (sic)… - jusqu’à frôler les marges (punk, avec les Sex Pistols et les Clash, hard avec Metallica ou AC/DC, grunge avec Nirvana…). Chaque auteur (et il y a du beau monde : Berberian, Appolo et Brüno, Riad Sattouf, Stanislas Gros, Tanquerelle…) s’est attelé – avec plus ou moins de talent, de bonheur, d’inspiration - au sujet et chacun livre, au hasard, une interprétation personnelle, un souvenir, une illustration de chanson, une anecdote… La seule cohérence est la dévotion des fans pour un groupe, un album. Chaque strip fait l’objet d’une présentation en une page (histoire du groupe, anecdotes, grands titres, fin plus ou moins heureuse…). Et forcément, il y a des déceptions : quid de Queen, Abba, et d’autres groupes ou chanteurs légitimes ? Bon, ce n’est pas une encyclopédie exhaustive, juste un petit bœuf entre dessinateurs et copains. Déception également dans la réalisation : si l’on se régale avec AC/DC (Appollo et Brüno), Nirvana (Guillaume Bouzard), Metallica (Riad Sattouf), les Kinks (Luc Cornillon), les Beatles (Obion) et bien d’autres (la majorité des strips en fait), on ne peut que regretter la médiocrité des mises en image d’Elvis (Ruppert et Mulot, inconsistants et vaguement scatos), des Rolling Stones (Morvandiau, sans intérêt ni inspiration) ou encore Bowie (Nine Antico, décevant) et les Pixies (Jochen Gerner, abstrait et hermétique). Quelques déceptions dans ce qui s’avère par ailleurs un bel hommage de la BD au rock… une idée à décliner, l’ampli s’impose !


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 27/09/2009 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)