L'actualité du livre
Bande dessinéeet Chroniques - Autobiographie  

Chroniques de Jérusalem
de Guy Delisle
Delcourt - Shampooing 2011 /  25 €- 163.75  ffr. / 332 pages
ISBN : 9782756025698
FORMAT : 16,5x23 cm

Vers l’Orient compliqué…

Jrusalem : trois religions, deux peuples et une crise qui nen finit pas pour une ville, hlas, trois fois sainte. La cit a souvent inspir les auteurs de bande dessine, pour son cadre millnaire, son symbolisme, la richesse de son dcor et de sa profondeur historique. On peut y situer mille et un complots, autant de rcits et de scnarios mais le plus mystrieux demeure encore cette improbable cohabitation tendue entre juifs et arabes avec, en arrire-plan, le tourisme (et, cerise sur le gteau, le cas original des samaritains, au carrefour de tous les nationalismes). Jens Harder (La Cit de Dieu, 2006) stait essay un portrait, russi, de la ville, au hasard de ses dambulations, des rencontres, des instants, un portrait rapide toutefois, celui dun touriste curieux l o Guy Delisle sexpatrie pendant prs dune anne. Le regard, forcment saffine, sur le quotidien, les gens, le dcor. La Jrusalem sacre est expdie en quelques pages, et, si la religion plane toujours, lessentiel de ce journal concerne la vie de tous les jours et ses incongruits : le face--face entre colons et palestiniens, le mlange de sacr et de profane dans un march, la banalit des armes (dans les supermarchs, lors dune sance de jogging), le racisme ordinaire de nombreux israliens et leur observance parfois mesquine des rgles religieuses, et inversement, le dvouement dautres israliens pacifistes, le fatalisme des Palestiniens et les efforts le dcouragement aussi des humanitaires, confronts des situations absurdes. On ressort de cette lecture avec le sentiment dune situation fige, enlise, o la raison a dfinitivement quitt la partie : une cocotte minute de haine, dincomprhension et dinjustice qui nattend que dexploser dans un paysage travaill par la religion dans ce quelle a de plus nocif. Du reste, lopration plomb durci qui a lieu durant la priode, illustre ce fait que la guerre est, l-bas, devenue normale, prosaque, cyclique, et a trouv sa place dans le quotidien.

Le dcor mme participe de cette incongruit, avec ses quartiers voisins et pourtant trs diffrencis ( Jrusalem Est, la colonie moderne ctoie le quartier arabe ancien, ruines sur fond dintifada). Le symbole du mur sparant Israliens et Palestiniens est encore plus droutant : ce mur, souvent crois par lauteur, qui sessaie parfois dsesprment le dessiner (mais le simple fait de sasseoir aux alentours et de faire un croquis semble menaant pour les soldats) : limpression dun ghetto, recr par les autorits israliennes, engendre un malaise. Du reste, Guy Delisle excelle montrer, par petites touches, le malaise des tmoins, photographes, touristes, confronts des situations ubuesques Exploitant le silence en BD (ce qui nest pas vident), il confronte le lecteur ses propres strotypes (Bethlem, fantasme et ralit).

Guy Delisle, de Shenzen Jrusalem, en passant par Pyongyang et la Birmanie, sinsre ainsi dans un genre original, port par quelques grands auteurs : la bande dessine de reportage. Sa dmarche est toutefois singulire, impressionniste, en ce quil se place au cur de son rcit, et revendique donc un regard neuf (candide mme), personnel sur un pays, une crise Plus que dautres, Delisle est un tmoin, qui observe, note, et livre, toujours avec un humour discret, un point de vue la fois direct et distanci sur une situation : on retrouve dans ces Chroniques de Jrusalem le got pour les anecdotes absurdes des autres rcits de voyages, la curiosit tranquille, le dtail essentiel. travers son regard, le passage dun check point ou dun contrle daroport devient une affaire trange, surraliste, paranoaque (et du reste, le simple face--face avec ladministration prend des allures kafkaennes : en particulier, les explications sans fin des motifs dun sjour ou dun lien de parent). Le trait, sobre, joue sur les ambiances, les contrastes quil restitue la perfection : sans ralisme excessif, selon un art inspir des comics (un dcor rduit lessentiel et une attention porte quelques mots, quelques dtails), Guy Delisle donne voir, sans jamais mettre en scne ou tricher. Une fois de plus, ses chroniques sont une russite, la fois comme la retranscription fidle dune ville dun quotidien, et comme un petit chef duvre dhumour. Un grand album, nouveau.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 01/01/2012 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)