L'actualité du livre
Bande dessinéeet Chroniques - Autobiographie  

Magnum Photos - Omaha Beach, 6 juin 1944
de Jean-David Morvan , Dominique Bertail et Robert Capa
Dupuis - Aire Libre 2014 /  15.50 €- 101.53  ffr.
ISBN : 978-2-8001-6198-3
FORMAT : 23,5x15,5 cm

Avec la collaboration de Bernard Lebrun et Séverine Tréfouel

La fleur, le fusil et le petit oiseau

Jolie initiative que celle de Jean-David Morvan, en partenariat avec l’agence Magnum : raconter en bande dessinée la genèse de grandes photos historiques.
Et à tout seigneur tout honneur, on commence par Robert Capa, un des fondateurs de l’agence, l’aventurier du photoreportage. Ses clichés sur la plage d’Omaha Beach en 1944 fêtent leur septième décennie cette année et donnent ainsi lieu à un bel album-souvenir.

Toute une équipe s’est rassemblée pour fournir un travail à la hauteur. Le touche-à-tout Morvan signe un texte impeccable, aidé par Séverine Tréfouël, et tire de l’autobiographie de Capa un scénario juste et précis. Bertail, au dessin, rend compte des combats avec réalisme, dans un sentiment d’urgence qui ne l’empêche pas de poser ses noirs et blancs comme des masses de lumière. Le texte du dossier biographique est écrit par Bernard Lebrun, lui-même grand reporter et auteur de plusieurs livres sur Capa. Quant au suivi éditorial, il est confié à Thierry Tinlot, qui revient ainsi au Dupuis de ses amours. Les conditions sont donc réunies pour un album sobre et authentique, répondant à son concept marketing mais ne s’en contentant pas.
Déployer en une myriade d’images la photo mythique, mais en s’interdisant la fausse simplicité qui amènerait à redessiner le cliché. Il s’agit au contraire de tourner autour, de poser un contexte, de dresser la légende, d’approcher au plus près de la vérité cachée derrière l’image, et pas de lui substituer un nouveau masque.

Les dessins de Bertail ne rivalisent pas avec les photos, mais elles participent de la même idée : rendre compte d’un événement dans l’instant, avec fugacité. Il esquisse plus qu’il ne peaufine, traduisant dans son croquis le « juste un peu flou » de ce cliché célèbre. Morvan pour sa part nous raconte les détails qui précèdent et suivent la prise de vue : comment l’équipe de Life perdit une partie des pellicules et endommagea les autres, contribuant à l’originalité des derniers films ; comment fut finalement retrouvé le soldat immortalisé à son arrivée sur la plage, et comment il sortit de l’anonymat ; comment aussi Capa a frôlé la mort au cours de son reportage.
En alignant les anecdotes, en dressant le portrait de ce moment et de ce qui l’entoure, les auteurs abordent un peu d’humanité. Capa ressemble parfois à un héros, un de ces hommes qui sacrifient tout à la recherche de l’information et de l’image juste – mais pris dans les hasards de la guerre, dans les incertitudes du modèle photographié et de l’avenir des pellicules, il redevient un simple passant dans les filets de la grande Histoire.

La bande dessinée est ici au service de la photo ; le dossier historique est là comme un complément pour appuyer le récit, simplement documentaire. Entre les lignes, il s’agit aussi de prouver une fois de plus les capacités de la bande dessinée à rendre compte du réel, y compris lorsqu’il s’agit de la guerre et de ses faits d’armes sanglants. C’est un peu l’univers des Belles histoires de l’Oncle Paul, mais avec la démarche du Photographe.

Clément Lemoine
( Mis en ligne le 02/06/2014 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)