L'actualité du livre
Bande dessinéeet Policier - Thriller  

Blacksad, tome 1 - Quelque part entre les ombres
de Juan Diaz Canales et Juanjo Guarnido
Dargaud 2000 /  12.52 €- 82.01  ffr. / 48 pages
ISBN : 2-205-04965-8
FORMAT : 24 X 32

Le chat et le lézard

John Blacksad est dtective. Il fut aussi le garde du corps d’une actrice magnifique, puis son amant, jusqu’ ce que leur histoire se termine, vaincue par des circonstances dont on ne saura pas grand chose. Faire le deuil d’un amour, c’est dur, d’autant plus dur que Blacksad se retrouve face au corps mutil de son ancienne toile. Blacksad dcide de mener l’enqute, contre les injonctions de l’inspecteur Smirnov qui voudrait le laisser en dehors de cette affaire. Ainsi commence un polar qui, dans son scnario, n’a rien de bien original, ni dans l’incipit, ni dans le dnouement.

Et pourtant... Il ne faut pas la chercher loin, l’originalit de cette histoire. Elle saute aux yeux, ds la couverture, ds les premires vignettes, les premiers plans. Les personnages ne sont pas des hommes, ce sont des animaux. Blacksad est un chat noir aux yeux verts, l’inspecteur un berger allemand, le mchant un reptile en costard. Au fil des pages, on rencontrera aussi des souris, des rhinocros, des ours, des rats, des crocodiles, des porcs et un gorille, tous membres d’une jungle urbaine "o les hommes se comportent comme des animaux".

Mtaphore gnrale sur la bestialit de notre espce, le transfert du peuple animal dans une ville et une atmosphre typiquement humaines donne une force curieuse l’album. Dans la lointaine tradition de La Fontaine et de ses fables, chacun des protagonistes est stigmatis par le facis qui lui est prt: le chat est rus et noble, le lzard agile et fourbe, le gorille fort et stupide, etc. Mais le plus impressionnant, c’est la profonde humanit qui se dgage de chacun de ses animaux. Les expressions des visages, les mouvements des corps, les regards et les attitudes, tout en eux est anthropomorphique. C’est le talent de Juanjo Guarnido d’avoir su merveille mler les deux aspects en chacun des acteurs. D’avoir su saisir aussi, travers un jeu de couleurs entre pastel et vive nettet, une ambiance de polar rondement men. Grce une narration qui se confond avec la parole intrieure du hros, le lecteur se laisse mener volontairement. Et ce rcit l’amne refermer l’album en se disant "dj ?", un peu comme au cinma les lumires se rallument alors qu’on a le sentiment qu’elles venaient de s’teindre.

Thomas Bronnec
( Mis en ligne le 06/04/2001 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)