L'actualité du livre
Bande dessinéeet Les grands classiques  

Supergroom (tome 2) - La Guerre Olympique
de Yoann et Fabien Vehlmann
Dupuis 2021 /  13.95 €- 91.37  ffr. / 88 pages
ISBN : 979-1-0347-4921-8
FORMAT : 20x26,8 cm

Schizo lovely

Lassés de leur série éminemment classique, les auteurs de Spirou et
Fantasio
se sont offerts depuis 2018 une variation superhéroïque.
Supergroom était sans doute plus en phase avec leur désir de
modernité. Drôle de sensation à la lecture de ce deuxième album, sur la
trilogie annoncée, quand on sait maintenant que cette fantaisie va mettre
fin à leur run sur la série-mère. De nouveaux auteurs vont prendre le relais
aux manettes de Spirou.

On lit donc Supergroom avec un mélange de découverte et de nostalgie,
sans trop savoir ce qui relève de la recherche d’une nouveauté et ce qui
n’est que le début de la fin.
Vehlmann se montre toujours ironique avec un héros qu’il fragilise, comme
une vieille Europe incapable de résoudre les enjeux mondiaux. Il ne manque
pas une occasion de sous-entendre que les valeurs traditionnelles, le sens
du devoir, la justice, la modestie, n’ont plus leur place dans notre société
contemporaine. Il tue (pour la troisième fois, d’ailleurs) le vieux Poppy
Bronco qui incarnait le feuilleton de papa dans plusieurs albums précédents.
Comme s’il voulait en finir avec un univers qui n’en finit plus de regretter
les Trente Glorieuses, tout en espérant y mettre fin et conquérir un public
d’aujourd’hui. Spirou, ou la schizophrénie.

On se souvient d’un album de Valérian, Les Héros de l’équinoxe, où
Christin et Mézières confrontaient de la même manière leur personnage
principal, bien franco-belge, aux modèles en vigueur dans le comics de
super-héros. Ce Supergroom reprend le même principe : une arène
artificielle où s’opposent des êtres surpuissants venus des quatre coins du
monde. Spirou est en réalité forcé par le B.A.D.A.S.S. à se battre contre
des créatures munies de superpouvoirs ou de technologies monstrueuses.
Il ne s’agit donc pas tant d’entrer dans le moule du comics que de s’y
confronter. Les deux auteurs jouent à opposer leur héros à des clichés
ambulants, quitte à refuser le combat lorsqu’il en a l’occasion. Vehlmann et
Yoann ironisent sur leur propre ligne, s’amusant d’un héros dont le seul
superpouvoir est la faculté de s’attirer la sympathie. Spirou, nous
rappellent-ils à chaque instant, n’a pas les forces qui lui permettraient de
figurer à côté des personnages de Marvel ou des Mechas japonais. Son
identité est ailleurs, dans un petit village provincial où le Comte est
amateur de champignons. Mais le cri du cœur, écologique, n’empêche pas la
domination des cliffhangers menaçants.
A chaque page, il semble que Yoann et Vehlmann mettent en doute leur
capacité à concilier sincérité et commerce. L’album prouve pourtant le
contraire. Le paradoxe est qu’en se libérant de la série, en osant remettre
toutes les cartes sur la table et en prenant leur propre démarche à contre-
pied, ils nous amusent comme jamais. Le dessin de Yoann vibre, alimenté par
les couleurs de Fabien Alquier, et Vehlmann prend un plaisir visible à
manipuler ses personnages.

On aimerait croire possible que les deux auteurs, à la fin de cette
trilogie, offrent à Supergroom un autre tour de piste.

Clément Lemoine
( Mis en ligne le 27/09/2021 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)