L'actualité du livre
Bande dessinéeet Revues, essais & documents  

Black (n°1)
de collectif
Vertige Graphic Coconino Press 2004 /  15 €- 98.25  ffr. / 240 pages
ISBN : 2-84999-000-0
FORMAT : 17 x 24 cm

Semestriel - Hiver 2004

Nouvelle nouvelle vague

Profitant de ltat de bonne sant gnrale du march de la bande dessine, les revues et magazines traitant du neuvime art (re)commencent occuper une place importante ct des traditionnels albums. Premier numro en France, Black est pourtant une fausse nouveaut. Cette revue paisse et luxueuse existe depuis trois ans en Italie, o elle est rgulirement dite par Coconino Press.

Sous-titre "le retour des avant-gardes soft", Black sinscrit dans une ligne ditoriale proche de celle de LAssociation et de sa revue Lapin. En plus noir et moins ludique. Les auteurs retenus ici sont ports par une mme volont de faire une bande dessine diffrente, audacieuse, parfois obscure et exigeante, mais toujours pertinente et prenant des chemins de traverse encore peu frquents. Pour ce premier opus, la distribution est prestigieuse : ct de figures reconnues comme David B., Baru, Yoshihiro Tatsumi ou encore Franois Ayroles, on y trouve quelques dcouvertes rellement sduisantes, tel Suehiro Maruo qui plonge son lecteur dans un rcit cauchemardesque au charme sulfureux. Et puis encore Sergio Ponchione (drle dhistoire mlangeant pataphysique, Murnau et le Journal de Mickey), Javier Olivares, Mara Cerri ou Gipi qui, chacun leur manire, mettent forme un graphisme personnel au service dun rcit parfois dcousu et trange, mais toujours potique et marquant.

Envoles les planches autobiographiques et autres pages arraches quelque journal intime, la bande dessine internationale reprsente ici (avec une place importante occupe par lItalie) est avant tout onirique et expressionniste. Il y est question de petites fables fantastiques, de visions graphiques dlirantes, dambiances nocturnes dsincarnes, de quotidien drang. On y parle de momie chappe du Louvre qui se retrouve chez Barnum, dun Homoblicus, "matre de tout ce qui est oblique",ou dun cadavre sans tte qui bouge encore et vient chercher ce qui lui manque. lexception de Tatsumi et de Baru (qui signe la plus longue histoire de tout le recueil), le ton gnral de la revue est plac sous le signe dune certaine fantaisie morbide, drle, dprimante ou drangeante selon les cas, mais toujours inventive et singulire.

Forcment ingale (on restera sceptique devant un article traitant du cinma de Sergio Leone au milieu de toutes ces pages qui lorgnent plus franchement du ct de chez Fritz Lang), la qualit de ce collectif reste tout de mme excellente et permettra une fois de plus de se rendre compte quel point le champ daction de la bande dessine est vaste, et non entirement explor. ce titre, il faut courir lire la passionnante conversation avec David Mazzucchelli au sujet de la cration artistique et du grand cart ralisable entre une production mainstream et une uvre plus personnelle.

"Nous avons besoin de nouvelles rfrences, y compris monstrueuses ou cubistes ()", crit Igort (5 est le Numro Parfait, Fats Waller) dans sa prface. Cette revue pleine craquer dhistoires courtes, de nouvelles graphiques et dimages fortes semble pouvoir satisfaire ces envies, et saura sans nul doute sduire lamateur en qute dune bande dessine nouvelle et tonnante.

Alexis Laballery
( Mis en ligne le 12/03/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)