L'actualité du livre
Bande dessinéeet Adaptation  

Le Rapport de Brodeck (tome 1) - L’autre
de Manu Larcenet
Dargaud 2015 /  22.50 €- 147.38  ffr. / 160 pages
ISBN : 9782205073850
FORMAT : 30x24,5 cm

D'aprs le roman de Philippe Claudel

Le rapport de l’angoisse

Un soir, Brodeck arrive lauberge du village. Tout le monde est l. Il
sest pass quelque chose, mme si nous ne savons pas tout de suite quoi, et
cest lui, Brodeck, quon va charger de raconter les faits. Mais dans son
rapport, le narrateur dpasse rapidement la tche qui lui est confie. Il
dnoue patiemment les fils de son histoire, dvoilant une par une les
horreurs du village jusqu mettre en lumire la face la plus sombre de
lhumanit, pendant la guerre et au-del. Cest un rcit sur la haine et sur
la douleur, mais surtout une rflexion sur loubli, la rsilience, la parole
et lcriture.

Pour adapter en bande dessine Le Rapport de Brodeck, Goncourt des
Lycens 2007, il fallait un dessinateur audacieux et muscl. Manu Larcenet,
encore aurol de sa quadrilogie Blast, tait le choix tout trouv
pour une entreprise aussi dlicate. Il y fait preuve de toute sa matrise
graphique habituelle. Comme le souligne le romancier dans le communiqu de
presse, les planches ont parfois laspect abrupt de bois gravs, dautres
fois la finesse deaux-fortes et de pointes sches .
Mais une des forces du livre de Philippe Claudel, cest le fil du narrateur,
ce rapport que Brodeck improvise page aprs page et qui permet au lecteur de
recomposer doucement lhistoire avec ou sans majuscule. Une voix simple
dapparence, comme issue dune conversation, mais dont les virages
dissimulent la vrit. Traduire ce texte en images ne va donc pas de soi.

Larcenet fait des choix radicaux. Il alterne les mises en scne de
lcriture du rapport, au prsent, avec de grandes scnes muettes qui
reviennent notamment sur les moments forts du rcit. Le verbe de Brodeck,
rduit la portion congrue, ne contient plus les chausse-trappes et les
dtours quil avait dans le roman de Claudel. Surtout, au lieu dopter pour
la feinte transparence du texte, Larcenet fait le choix contestable
dajouter la noirceur du fond. Ses dessins sont sombres, puissants, muets
et immobiles. Ils vhiculent une densit des motions quaucun esthtisme ne
vient dissimuler.
Pourtant, il fait preuve dune sensibilit peu commune. Son trait faussement
raliste marie dune planche lautre le naturel et le monstrueux. Certains
personnages semblent relever du fantastique ou de la mtaphore, dautres de
la photographie. Les uns et les autres sont unifis par cette noirceur
constante, qui emplit les hommes comme le monde. Larcenet sait comme
personne dessiner la neige, la poussire, le brouillard et les mouches. Le
noir comme le blanc ne servent ici qu masquer, parpillant un ballet des
ombres au premier plan de la scne, trichant avec les secrets et ne
dvoilant que des mensonges. Exit les troues de lumire qui faisaient
respirer Blast. Mme la nature, les dcors, dans leur apparente
neutralit, suintent dune douleur sans nom.

Il nest pas certain que Philippe Claudel retrouve ici ses petits. Mais il
est clair que cette bande dessine marquera ses lecteurs au fer noir.

Clément Lemoine
( Mis en ligne le 27/04/2015 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)