L'actualité du livre
Bande dessinéeet Adaptation  

A la recherche du temps perdu (vol. 2) - A l'ombre des jeunes filles en fleurs (première partie)
de Stéphane Heuet
Delcourt 2000 /  12.06 €- 78.99  ffr. / 48 pages
ISBN : 2-84055-381-3

D'aprs l'oeuvre de Marcel Proust.

Amours estivales

Le premier album de la qute proustienne, intitul Combray comme de juste, a fait couler beaucoup d'encre en 1998. Pousser de nombreux cris de rvolte ou d'acclamations enthousiasmantes galement. C'tait qui pourfendrait, dfaut de le pendre haut et court, celui qui avait eu l'audace, pour le dnaturer, de s'attaquer au chef d'oeuvre de la littrature franaise. Ou encore, et tout au contraire, qui porterait au pinacle cette entreprise combien prilleuse et audacieuse : transposer en images et en un nombre de pages limit les longues descriptions enfivres de l'oeuvre de Proust.

Plus simple et plus sobre nous parat la volont de rendre compte, loin de toute querelle de clochers, la cohrence du prsent ouvrage. Quant la polmique qu'il est cens alimenter, on se contentera de renvoyer ici dos dos les tenants de chacune des deux positons antagonistes (mais cela a-t-il seulement un sens de se penser pour ou contre Proust ?) en rappelant les propos d'Anne Garta lors de la dernire rentre littraire : "Proust (...) a crit un roman minemment complexe que tant de gens se sont acharns rduire de petites choses comme les charmes du souvenir, de la rminiscence, les petites madeleines, les tisanes et autres baies d'aubpine. Tout ceci au mpris bien souvent d'aspects plus obscurs et plus inquitants de l'oeuvre : l'analyse de la cruaut, un bouleversement gnralis du principe mme de l'identit.(...) Personne aujourd'hui n'oserait avouer dans les milieux clairs n'avoir pas lu La recherche. Pourtant peu l'ont lue. Le pire est encore de dnaturer Proust en la dvotion de petites madeleines ! Comme s'il avait jamais eu la mivrerie de trop de ses lecteurs...". Et, tout rcemment, ceux de Michel del Castillo dans L'Adieu au sicle : "La radio m'apprend qu'"A la recherche du temps perdu" vient de sortir en bande dessine, et un enseignant commente la nouvelle en expliquant que beaucoup de jeunes, qui n'auraient jamais lu Proust, le dcouvrent par ce biais. C'est plus attrayant, dit un lve, plus facile lire qu'un gros livre. Je ricane, non que l'exprience me choque, mais parce que je dteste l'encouragement la facilit. Qui a dcrt que les jeunes devaient lire Proust" ?

La cohrence du prsent ouvrage, donc ? Prcisment, elle est l, et bien l, fidle au rendez-vous. Non pas tant d'ailleurs celui que pourrait lui assigner tout proustien convaincu que n'importe quel amateur (clair ou non) de la bande dessine et qui aspire se perdre avec volupt dans le jeu dlicat entre texte et image. Le graphisme est superbe tout d'abord : un travail particulier est apport par Stphane Heuet la trame des blancs, qui servent de support la fois l'vanescence de la fume, la condensation des songes ou encore aux clairages de lumire, directe ou indirecte. Ce n'est sans doute pas un hasard s'il s'est proccup de la couleur dans cet album, la diffrence du premier volet de la srie. Dj remarqu dans Combray, le travail du dessinateur partir de documents photographiques ou picturaux est remarquable de prcision et de densit. Les traits des personnages principaux brosss selon la typologie de la ligne claire parviennent demeurer dans un flou relatif, comme si la reprsentation se refusait confrer un visage dfinitif au narrateur et ses proches. Ultime politesse rendue par le dessinateur-adaptateur, qui s'est adjoint ici les services de Stanislas Brzet pour complter une approche synoptique de La recherche, l'imagination de chaque lecteur demeure libre d'oublier ou de rejeter le visage impos par la mise en images. A chacun d'imaginer en dfinitive son Proust !

Les emprunts la terminologie proustienne sont estampills dans chaque album l'aide de cases de couleur beige indiquant qu'il s'agit l de phrases du romancier, la seule modification - outre les coupes ncessaires pour garder l'esprit BD - tant le passage du style indirect au style direct afin de faciliter le dynamisme du support texte-image. Ainsi voyons-nous l'adolescent Marcel Proust s'intresser la gente fminine dans une ambiance de vacances et de bains de mer sur la cte normande. C'est sur un fond de lumire aveuglante et apaisante propre aux stations balnaires que le jeune homme sent les tourments de l'amour le titiller, en mme temps qu'il dcrit de manire fine et ironique les us et coutumes d'une certaine bourgeoisie louchant vers l'aristocratie. De la difficult d'accompagner sa grand-mre Balbec/Cabourg la rencontre inopine, entre autres, avec Mlle de Stermaria, le marquis de Saint-Loup-en-Bray, l'ami (?) Bloch ou le drangeant baron de Charlus, on retrouve le charme inimitable du Grand-Htel, et toutes les luttes de pouvoir qui agitent le microcosme de la socit de Belle Epoque. La lecture n'est pas des plus faciles, comme on est en droit de s'y attendre, mais le support visuel permet de ngocier des pauses qui pemettent d'en digrer le suc. C'est un vritable spectacle, littraire, pictural et graphique, que nous convie Stphane Heuet. Du grand art !

Frédéric Grolleau
( Mis en ligne le 13/03/2000 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)