L'actualité du livre
Bande dessinéeet Humour  

La planète des riches
de Mo/CDM
Fluide Glacial 2018 /  10.95 €- 71.72  ffr. / 48 pages
ISBN : 9782352079736
FORMAT : 24x32 cm

Moon-raqueurs

Comme la Terre est peuplée de gens pauvres, il faut bien que les autres – les riches – puissent vivre ailleurs : avec 1 milliard de dollars en poche, il y a une option intéressante, le club diamant. Ce club est un satellite dédié aux riches, peuplé par les riches, et dans lequel, loin de la terre et de ses problèmes attristants (la fiscalité, l’égalitarisme, la justice sociale, etc.) les riches vivent une vie de riches. Un paradis pour l’oncle Picsou, où tout n’est que luxe, luxe et luxe. Il y a certes quelques questions existentielles : comment dépenser plus ? Comment léguer moins ? Comment évacuer cette sensation bizarre qu’on appelle la culpabilité ? Même les ultra-riches connaissent des drames philosophiques ! Et puis il y a les moments chouettes : la bonne blague lorsque l’un d’entre eux se déguise en « quechua » (traduction nécessaire ?). Bon, l’album n’est pas fait que d’aimables plaisanteries, il y a du drame, de l’horreur : des billets qui se perdent, des appels au fisc, des problèmes de personnel (dans un monde de riche, il faut quand même des pauvres pour assurer le service… affreux paradoxe !). Bref, de la souffrance, du désarroi et des hommes et femmes courageux pour y remédier.

Mo/CDM avait déjà commis un album de science-fiction très réjouissant (What the future) qui jonglait allègrement avec les stéréotypes, les poncifs, les icones de la SF et les thèmes. C’est avec le même esprit à la fois potache et référencé qu’il s’attaque aux riches du futur, des versions humaines de Picsou – les références abondent à ce personnage – perdues dans un décor si artificiel, si surréaliste qu’il est, à lui seul, l’un des héros de l’album. Le trait est parodique, avec juste assez de réalisme pour inspirer le lecteur, qui retrouve le style délirant et fantaisiste d’un Boucq. L’humour est provocateur, un second degré efficace où chaque vignette est un peu plus excessive que la précédente. Ce premier tome est bien dans la veine de What the future, drôle et gentiment iconoclaste. On ne peut que regretter qu’il n’y ait pas plus d’histoire et attendre avec impatience la suite.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 20/03/2018 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)