L'actualité du livre
Bande dessinéeet Humour  

Mamma Mia ! (tome 1)
de Lewis Trondheim et Obion
Dupuis 2019 /  9.90 €- 64.85  ffr. / 48 pages
ISBN : 9791034736898
FORMAT : 21,8x30 cm

Femmes je vous aime

Cette réjouissante nouvelle série met en scène quatre femmes, quatre générations qui, par la force des choses, doivent cohabiter. Il y a Marie, la petite grand-mère, sa fille Sophie qui revient d’un long périple au Brésil, Aurélie, la fille de Sophie, mère célibataire et sa petite Emma, la dernière de la bande. Toutes les quatre se retrouvent donc à vivre dans la maison de la grand-mère. Un bouleversement de vies pour chacune d’entre elles et le début de nouvelles chamailleries, de redécouvertes de l’autre et de jolis moments de rire et d’émotions.

A l’heure d’une prise de consciences d’une condition féminine malmenée, des hashtags metoo et autres inégalités entre hommes et femmes toujours plus criantes, cette série tombe bien. Sans en faire trop non plus dans un militantisme outrancier, Trondheim et Obion parviennent à faire de ces quatre femmes des héroïnes extraordinaires, des figures fortes que l’on adore suivre dans leurs interrogations, et leur petite vie sans homme. Ici la figure masculine apparaît toujours en creux, comme pas indispensable du tout, d’abord sur les photos des pages de garde : ancien amant, mari disparu, père parti. Ensuite, ceux qui traversent brièvement ces pages sont vite dépassés par le fort caractère et le tempérament tumultueux des quatre femmes. Et même s’ils ne sont pas méchants, ces gars là ne font pas le poids, et n’intéressent personne.

Au-delà ce cette figure patriarcale invisible, c’est tout un quotidien tour à tour banal, difficile, ou enjoué qui est mis en scène: la recherche d’un travail, le temps qui passe et qui n’épargne rien ni personne, la découverte du monde des adultes dans les yeux d’une enfant et, inversement, les interrogations des adultes quand au comportement parfois mystérieux de leur descendance. C’est drôle, tendre, et toujours bien amené.

Quant au dessin d’Obion il suit encore une belle évolution. Ceux qui ont hiberné et en sont restés à la série Le Déserteur (avec Kris au scénario), pourront apprécier la différence. Ici on retrouve un style proche de Soucoupes : il y a un trait simple et dynamique, des figures à la franco-belge classiques mais le tout enjolivé par de superbes couleurs, et de jolis jeux de lumière.

L’album fait suivre les gags en une planche tout en déroulant une trame générale qui fait évoluer peu à peu les différents personnages. Mais il semble qu’il reste encore beaucoup à dire et on espère vraiment que cette série aura une suite !

Alexis Laballery
( Mis en ligne le 09/05/2019 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)