L'actualité du livre
Bande dessinéeet Jeunesse  

Le Roman de Renart (tome 2) - Le Puits
de Mathis et Thierry Martin
Delcourt - jeunesse 2008 /  8.90 €- 58.3  ffr. / 32 pages
ISBN : 978-2-7560-0945-2
FORMAT : 22,6x29 cm

Goupil rusé qui fait sa loi

Entre le premier et le second volume de cette srie, le texte du Roman de Renart a eu lexprience de voir natre une deuxime adaptation contemporaine en bande dessine, signe Bruno Heitz (Gallimard). Mais si celui-ci a pris le parti de la navet et de lapparence enfantine, Mathis et Martin, eux, continuent sur leur lance une belle illustration cynique et pointilleuse du classique mdival.

Parmi les nombreux fragments versifis et anonymes leur disposition, les auteurs nous ont rserv pour ce deuxime tome une des aventures les plus connues du Roman de Renart, celle o le rus goupil tombe par mgarde au fond dun puits. Incapable den remonter seul, dans la ncessit quil est du mouvement de balancier des seaux, il finit pourtant par sen sortir en persuadant le stupide Ysengrin de venir prendre sa place : il lui a suffi pour cela de dcrire un paradis de gibier croquer. La btise du loup clate une fois de plus dans cet pisode.
Mais ce deuxime volume reprend aussi des farces moins connues, mettant en scne Drouineau le moineau ou Brun lours. Mathis effectue ainsi un travail de retissage, composant une trame nouvelle partir de fragments pars. Il dpoussire savamment le Roman, jusqu lironique anachronisme de lexpression vendre la peau de lours avant de lavoir tu . Lobjet est ici de faire monter la sauce, en dveloppant autour de Renart le sentiment de son machiavlisme. En ouvrant et en fermant lalbum sur des meurtres de victimes innocentes, il en fait un hros bien sombre, et nous fait douter, en fin de compte, du public jeunesse laquelle on destine toujours cette uvre. Renart suit-il lappel de son ventre, en dvorant les oiseaux et les lapins ? Ou bien nest-il quun serial killer des temps anciens, un tueur pervers manipulant ses victimes avant de les faire disparatre ?

Ce nest pas tant affaire de psychologie ; les auteurs sont avares de gros plans, o Martin convainc peut-tre un peu moins lorsquil sagit dexprimer la diversit des visages. Les cadrages nous montrent le plus souvent des animaux en pied (ou devrais-je dire, en patte) dans un dcor plus ou moins tendu. Dans lattirail formel, la plonge aussi fait bonne figure. Aussi, les personnages apparaissent comme des tres fragiles, distants, dont on accepte les avatars comme autant de faits accomplis, un conte issu de limagination dun narrateur extrieur. Cest la nature qui a la part belle, la nature qui marque sa supriorit sur tous les tres.
Martin excelle particulirement dessiner les arbres. Il prend donc un plaisir certain les accumuler, au milieu des abbayes et des tours moyengeuses. De larges souches noueuses aux branches ombrages, aux feuilles nombreuses. Les saisons glissent dessus comme en cho la vie quotidienne des humains, moines et vilains en proie aux labeurs.

La fin de lalbum rserve un lger renversement narratif : Renart slve du statut de farceur pour devenir un vritable hors-la-loi, en refusant les dcrets instaurs dans le royaume. En multipliant les mcontents contre lui, le goupil ne se rend pas compte quil augmente aussi ses risques : le troisime volume devrait marquer la fin de la srie.

Clément Lemoine
( Mis en ligne le 21/01/2008 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)