L'actualité du livre
Bande dessinéeet Illustrations, graphisme et dessins d’humour  

Chaos et Chroniques métalliques
de Moebius
Les Humanoïdes associés 2011 /  17.95 €- 117.57  ffr. / 88 pages
FORMAT : 24x32 cm

"...entre poussières et pyramides"

Suite des rditions de luvre de Mbius chez les Humanos, avec des deux albums, qui ne sont pas de la bande dessine mais des recueils dillustrations.
Le premier, Chaos a dabord t publi en 1991, le second, Chroniques mtalliques en 1992. Lensemble couvre vingt ans dillustrations en tout genre, de publicits, dtudes, de planches avortes, de couvertures et de recherches diverses.
Au final, nous avons l les deux qui font la paire, deux livres indissociables, comme les faces A et B dun mme album. Dans un recueil comme dans lautre, le principe est le mme : les illustrations se suivent, on passe dun style lautre, catalogue dinspirations et de genres. Les lgendes sont regroupes en toute fin douvrage. Aussi, il y a comme deux manires de lire ces compilations. Dabord en gardant continuellement un il sur lindex, pour savoir quoi correspond tel ou tel dessin. Ou alors, plus intressant, en se laissant porter, flnant dune page lautre et inventant sa propre lgende. Ainsi les premires pages de Chaos, regroupant des illustrations dun obscur trait sur la parapsychologie, racontent une toute autre histoire pour qui choisira dignorer la source de ces dessins : on y verra un capitaine Haddock un peu bat, de drles de crmonies occultes, des visions phnomnales Les illustrations de Mbius se suffisent toujours elles-mmes, son dessin est toujours suffisamment expressif et riche pour voquer lui seul tout un monde, toute une histoire.

Les annes balayes, de 1971 1992 environ, montre un Mbius touche tout, cherchant le trait, traquant la forme et la couleur. Rien ne semble lui faire peur : lartiste sattaque tout avec la mme passion dvorante. Minral, animal, vgtal, mtal, tissu, cuir la technique est toujours parfaitement matrise pour exprimer avec prcision et sentiment chaque dtail, chaque matire. Il est autant un concepteur de pyramides quun dessinateur de poussires () crivait Pierre Sterckx. La science fiction est au cur de son difice graphique, elle mne la danse. Les dserts sont les dcors favoris, parce que tout peut sy passer, parce que, soudainement, linfini angoissant devient une porte vers dautres dimensions.
Tout est ici hautement frquentable, esthtiquement parlant, cest une leon, un cours magistral, mais on nest pas seulement face un beau livre. La science fiction de Mbius raconte quelque chose, elle est vivante, stimulante, varie et dbride.

Inutile donc de dire que tout ceci est rigoureusement indispensable, comme peu prs 95% de la production du matre.

Alexis Laballery
( Mis en ligne le 29/11/2011 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)